Décryptage du Boléro de Ravel par l’Orchestre National de France

Vous avez toujours le « Boléro » de Ravel dans la tête après avoir regardé l’incroyable interprétation par l’Orchestre National de France depuis chez eux ? Voici un petit décryptage de l’œuvre légendaire de Maurice Ravel, et de la vidéo de France Musique.

Décryptage du Boléro de Ravel par l’Orchestre National de France
Le « Boléro » de Ravel par l'Orchestre National de France, © Radio France

Par son ostinato rythmique invariable et sa mélodie entêtante qui fait le tour de l’orchestre à travers les différents timbres des instruments, le Boléro de Maurice Ravel, un ballet aux influences ibériques, est une œuvre mondialement connue. 

Si, pour des raisons techniques, l’œuvre a été retravaillée lors du montage de la vidéo, réduite de 17 minutes à moins de 5, on retrouve néanmoins dans cette interprétation particulière tous les éléments essentiels de ce chef-d’œuvre de l’histoire de la musique, une œuvre « simple » selon son compositeur avec un mélange complexe de timbres et de couleurs savamment dosés.

Le boléro selon l’Orchestre National de France

On commence tout doux : le célèbre ostinato à la caisse claire, un rythme à trois temps caractéristique d’un boléro, avec des cordes pizzicato pour renforcer le temps forts de chaque mesure. Le célèbre thème est d’abord interprété par la flûte. Quelques secondes plus tard, la mélodie est passé de manière presque imperceptible à la clarinette qui termine l'exposition. 

1 minute 14 secondes

La deuxième phrase, en réponse à la première, est annoncée par le hautbois et le cor anglais, toujours avec l’ostinato de la caisse claire et le pizzicato des cordes, avant de passer à la trompette et la flûte.

1 minute 35 secondes

Le cor et la harpe rejoignent l’orchestre numérique, en soutien à la petite clarinette qui arrive pour annoncer le deuxième thème, continué par le basson, puis le piccolo, la clarinette basse et les flûtes, avant l’arrivée du trombone qui termine ce second thème.

2 minutes 25 secondes

Voici la percussion, la harpe et les cordes : l’orchestre est finalement réuni ! Un tutti glorieux pour jouer cet ostinato rythmique qui commence à s’incruster de manière permanente dans notre mémoire musicale. Une reprise scintillante du thème principal nous montre les talents d’orchestrations de Ravel et sa maîtrise parfaite des différentes forces musicales. 

3 minutes 11 secondes

Les renforts arrivent ! La section des cordes s’élargit avec l’arrivée de nouveaux violons pour la reprise du deuxième thème. Si les thèmes du Boléro commencent à nous sembler familiers et presque prévisibles, c’est à ce moment que Ravel décide de nous surprendre et de prendre le contre-pied : modulation surprise ! De nulle part, Ravel fait bifurquer l’orchestre sur un nouveau thème en mi majeur. Un petit éloignement inattendu de huit mesures avant de revenir au do majeur, la tonalité principale du Boléro.

4 minutes 17 secondes

De retour au do majeur, notre tonalité du départ, nous voilà dans une dernière ligne droite vers une fin explosive. L’ostinato rythmique est martelé une dernière fois par l’orchestre tout entier, avec des glissandi exagérés par la section des cuivres, suivis par une dernière note qui nous laisse momentanément en suspens... avant une chute précipitée de six notes qui nous dirigent vers la fin de ce magnifique Boléro.