Sonny Rollins

Sonny Rollins

Saxophoniste de jazz américain (New York,1930 - )

Sonny Rollins est l’un des derniers géants du jazz encore vivants . En plus de 60 ans de carrière, il est passé maître dans l’art de improvisation sur le saxophone ténor. Marquée à la fois par ses racines caribéennes et par son éclosion au sein d'un bebop explosif, sa musique véhicule une joie inaltérable.

Theodore Walter « Sonny » Rollins grandit à Harlem au sein d’une famille originaire des Caraïbes. Baignant dans la musique de Fats Waller, Louis Armstrong et Louis Jordan, influencé par l'énorme son de Coleman Hawkins, il se met au saxophone (alto puis ténor). En pleine révolution du bebop, il travaille avec Charlie Parker et celui qui deviendra son mentor, Thelonious Monk. A 20 ans, il côtoie déjà Bud Powell, J.J. Johnson et Miles Davis. Durant les années 50, il est déjà considéré comme un des musiciens les plus importants de la scène de jazz.

Mais la célébrité va l’éprouver durement. L’engrenage de la drogue, puis l'exigence sur son propre travail, une recherche mystique enfin, le poussent successivement à se retirer de la scène à trois reprises, en 1955, 1959 et 1966. A chaque fois, il revient transcendé, et nourri d’inspirations novatrices. Après son premier retour, il joue avec Clifford Brown et Max Roach et lorsqu'il réapparait en 1962, c'est pour travailler avec Jim Hall, Paul Bley, Don Cherry et Coleman Hawkins.

En 1972, sur les conseils de sa femme Lucille, qui est aussi son agent, il signe chez Milestone, et joue avec des musiciens comme Jack DeJohnette, Stanley Clarke ou McCoy Tyner. Au cours des années 80 et 90, il semble avoir trouvé une certaine stabilité, enregistrant régulièrement tous les ans ou presque, mais malheureusement au détriment du renouvellement de son inspiration. En 2004, après la mort de sa femme, il crée son propre label, Doxy Records, et lance son site internet. Ces dernières années seraient celles d’un certain renouveau, d’une nouvelle jeunesse, notamment sur scène où il livre comme toujours ces concerts-marathon dont il s'est fait une spécialité depuis… un demi-siècle.
Site officiel : http://www.sonnyrollins.com/

Sonny Rollins en 6 dates :
1951 : joue sur l’album Dig de Miles Davis
1963 : enregistre l’album Sonny meets Hawk avec son idole Coleman Hawkins
1981 : joue sur l’album Tattoo des Rolling Stones
2000 : Grammy Award pour l’album This is what I do
2006 : admission à l’Academy of Achievement en présence de George Lucas et Steven Spielberg
2011 : le president Obama lui remet la Medal of Arts à la Maison Blanche

Biographie de la Documentation de Radio France

En savoir plus