Jazz Bonus : Jeanne Added EP

Souvent mise en valeur en tant que vocaliste dans des projets autour du jazz jusqu'ici, Jeanne Added sort du cadre avec un premier EP de trois titres chez Naïve (album à sortir en juin) qui lorgne du côté du rock où elle est à la fois bassiste et vocaliste. Le fan club la suit…

Jazz Bonus : Jeanne Added EP
Jeanne Added ©Marikel Lahana

Jeanne Added fut la révélation des Transmusicales de Rennes 2014. Concert de louanges des médias présents, tous à l’unisson. En effet, sa résidence à l’Aire Libre aura frappé les esprits. En cinq soirs de live percutants, décochés en pleine tête, boostée par ses deux complices (Anne Paceo, batteuse en ébullition et Narumi Herisson, clavier de Tristesse Contemporaine) elle aura levé le voile sur une personnalité trop longtemps corsetée dans des univers trop polis.

Lors de ces furieux corps à corps, sa voix a éclaté, poignante et déterminée. Mais avant d’en arriver là, Jeanne a suivi le parcours classique. Conservatoire, violoncelle, bande son des parents (Higelin, Klaus Nomi), la sienne (Prince, Led Zeppelin, Nirvana, Jeff Buckley) et puis bientôt le jazz «comme une récré ».

En 2005, bardée de prix (CNSM, Royal Academy de Londres), elle passe «pro », se fait la main, ou plutôt la voix, avant de trouver la sienne. Elle fréquente aussi bien les premiers de la classe que les buissonniers du fond. Le violoncelliste Vincent Courtois et le pianiste Pierre de Bethmann, les grands anciens comme John Greaves ou le petit nouveau Julien Desprez. «J’ai dit oui à tout et à tous. Chacun de ces projets m’a nourrie, et puis un jour j’en ai eu marre. »

Changement de fréquence : «chanter autrement ». Entendre, pas poliment, pas justement. Le premier essai en ce sens sera Linnake, power trio qui la connecte au rock. «J’ai ressenti un rejet assez violent de la jolie voix que j’utilisais jusque là, d’où le cri et la musique qui va avec.» Elle entame sa mue de vocaliste à chanteuse, la nuance a toute son importance : elle prend la parole.

Dans ce chemin, elle en repasse par le solo pour gagner confiance. Il est l’heure de ne plus chanter la musique des autres, il est temps de se consacrer pleinement à l’écriture de la sienne. Elle s'attache à prendre son temps, le temps de refuser d’autres opportunités. l’écriture lui demande du vide, «less is more », mieux qu’une formule, un cap à suivre pour aller à l’essence.

Ses mélodies, elle les soumet à Dan Levy, la moitié de The Dø, avec lesquels elle tourne en première partie en cet automne 2011. De la rencontre naît l’idée du disque et le désir de le faire ensemble. Ce sera un long processus d’allers retours, la transformation aboutie de sa prise de parole. Impossible d’enregistrer en une semaine, son écriture évolue, s’étoffe au fil des mois, s’électronise, prend du corps dans les machines, pour former peu à peu un autoportrait sincère d’une personnalité aussi forte que fragile.

Moins de quarante minutes séparent A War is Coming de Suddenly, l’ouverture et le final d’un album qui frappe d’emblée. Dix chansons qui tracent les contours d’une artiste qui a trouvé sa place. «Je n’aime pas les fioritures, je voulais des gestes simples et compréhensibles. Ces chansons, elles m’ont fait du bien quand je les ai écrites, maintenant elles me font du bien quand je les chante. »

Sa voix y interroge, interpelle, s’élance, passe à l’action, entre pop électronique et post punk tellurique, ballade cinématique et fièvre rythmique. Une bouffée d’air frais à couper le souffle. Elle y parle d’intime, de nous, s’adresse à tous. En anglais, ce qui lui permet de mettre un peu de distance. Pas mal de pudeur dans ce recueil aux tonalités sombres mais d’où jaillissent les rais de lumière. Comme tous, elle doit composer avec le monde qui l’entoure, mais elle croit en les gens, cette variable d’ajustement qui peut encore être matière à enchantement.

«Be Sensational », comme une injonction dit-elle, sa façon de refuser les renoncements, d’avoir le courage d’être soi même.

api.dmcloud.net

Mots clés :