Dimanche 8 juin 2014
30 min

« Cantate profane sur deux poèmes d’Aimé Césaire » de Jean-Frédéric Neuburger (Diffusion intégrale)

Dans Alla Breve cette semaine, la "Cantate Profane" pour voix et ensemble instrumental de Jean-Frédéric Neuburger sur deux poèmes d'Aimé Césaire, chantée par le choeur de Radio France et jouée par un ensemble de solistes de l'Orchestre Philharmonique de Radio France

« Cantate profane sur deux poèmes d’Aimé Césaire » de Jean-Frédéric Neuburger
Interprétée par le Chœur et l’Orchestre Philharmonique de Radio France
Sous la direction de Pascal Rophé
Rediffusion de la création enregistrée le 23 octobre 2012

Diffusion intégrale :
Le piano prend beaucoup de place dans l'activité de concertiste de Jean Frédéric Neuburger. Pourtant, il lui faut négocier avec l'activité du compositeur. La négociation se fait d'ailleurs avec une certaine fluidité ; parfois Jean-Frédéric Neuburger choisit ses programmes de concert de façon à ce qu'ils lui permettent d'approfondir des partitions qui vont l'aider dans la composition, parfois aussi, il joue sa propre musique, car le piano y est très présent.
Pour nos Alla Breve, Jean Frédéric Neuburger s'est tourné vers le choeur, qu'il fait chanter dans la langue solaire d'Aimé Césaire, et une dizaine de musiciens de l'Orchestre Philharmonqiue de France, tous conduits par Pascal Rophé.
Jeune compositeur de 28 ans, Jean Frédéric Neuburger a eu jusqu'à présent assez peu d'occasions de mettre en musique des textes. Quand il a commencé à réfléchir à cette nouvelle pièce dans l'esprit de la cantate, il a tout de suite mis de côté la tentation de partir d'un texte en langue étrangère, pour être plus près du texte et avoir la possibilité de le parler, de la comprendre. Le compositeur a donné à sa cantate sur deux poèmes d'Aimé Césaire, "Soleil et Eau " et "En Vérité ", le titre de Cantate profane, en ayant à l'esprit la façon dont Bach puis Webern ont tissé dans leurs propres cantates l'énoncé choral et le jeu de l'ensemble instrumental. Mais cette cantate révèle aussi d'autres influences que nous révèle aujourd'hui Jean Frédéric Neuburger.
La Cantate Profane va bientôt connaître un prolongement. Le verbe d'Aimé Césaire continue à occuper Jean Frédéric Neuburger : une cantate grandeur nature en 9 tableaux (comme le Marteau sans Maître de P. Boulez) est en germe, nourrie par les échanges qui rapprochent en ce moment le jeune compositeur d'un ami de Césaire et connaisseur de sa poésie : René Hénane.
Lors de la première diffusion de la Cantate Profane en 2012, cet auditeur de France Musique, auteur d'un ouvrage d'analyse des poèmes d'Aimé Césaire, avait été saisi pas la musique de Jean Frédéric Neuburger et l'avait fait savoir !

Les deux poèmes d’Aimé Césaire :
Soleil et eau, extrait de « Cadastre » (Edition du Seuil, 1961)
Mon eau n’écoute pas
Mon eau chante comme un secret
Mon eau ne chante pas
Mon eau exulte comme un secret
Mon eau travaille
Et à travers tout roseau exulte
Jusqu’au lait du rire
Mon eau est un petit enfant
Mon eau est un sourd
Mon eau est un géant qui te tient sur la poitrine un lion
O vin
Vaste immense
Par le basilic de ton regard complice et somptueux

En vérité, extrait de « Ferrements » (Edition du Seuil, Points, 2008)
La pierre qui s’émiette en mottes
Le désert qui se blute en blé
Le jour qui s’épelle en oiseaux
Le forçat l’esclave le paria
La stature épanouie harmonique
La nuit fécondée la fin de la faim

Du crachat sur la face
Et cette histoire parmi laquelle je marche mieux que
Durant le jour

La nuit en feu la nuit déliée le songe forcé
Le feu qui de l’eau nous redonne
L’horizon outrageux bien sûr
Un enfant entrouvrira la porte…

PROGRAMMATION MUSICALE :
ξ Jean-Frédéric Neuburger : Maldoror, par lui-même, Ref MIRARE 145
§ Pierre Boulez : Le marteau sans maître, par Hilary Summers (mezzo) et l'ensemble Intercontemporain, Dir P Boulez, Ref DGG 4806839
ξ Jean-Frédéric Neuburger : Souffle sur les cendres par JF Neuburger (piano) et Livia Stanese (violoncelle). Pas de Ref
§ Jean-Frédéric Neuburger : Vitrail à l'homme sans yeux par JF Neuburger (piano), Ref CAVI MUSIC
ξ Jean-Frédéric Neuburger : Plein ciel pour quatuor avec piano, par Nicolas Dautricourt (violon), Raphaël Sévère (clarinette), François Salque (violoncelle) et Jean-Frédéric Neuburger (piano). Enregistré au Folles Journées de Tokyo en mai 2013.
§ Jean-Frédéric Neuburger : Sinfonia pour deux pianos er percussions, par JF Neuburger et Bertrand Chamayou (pianos), Daniel Ciampolini et Emmanuel Curt. Pas de Ref

Ailleurs sur le web

L'équipe de l'émission :