Sessions studio
Session studio

[VIDEO] L'histoire de Babar de Francis Poulenc

L'Histoire de Babar de Francis Poulenc est, avec Pierre et le Loup de Prokofiev, un classique incontournable des contes en musique pour enfants. Découvrez-le en vidéo, filmé dans le cadre des concerts jeunesse proposés par Radio France.

Paris

Toutes les œuvres

L'Histoire de Babar de Francis Poulenc est, avec Pierre et le Loup de Prokofiev, un classique incontournable des contes en musique pour enfants. Les péripéties du petit éléphant fuyant la forêt africaine pourchassé par les chasseurs, qui découvre la ville, se frotte à la civilisation, avant de retourner dans son pays où il est finalement couronné roi des éléphants, ont nourri l'imaginaire de générations d'enfants.

Mais peu savent qu'avant le conte musical, il y eut un livre illustré au succès mondial. L'histoire de Babar qui arrive en ville a été le premier épisode d'une longue série. A l'origine de cet album, Cécile de Brunhoff a inventé ce personnage attachant en racontant les histoires du soir à ses enfants. Séduit par l'histoire, Jean de Brunhoff, artiste peintre et mari de la narratrice, décida d'en faire un album illustré, publié en 1931 aux Éditions du Jardin des Modes, à l'époque de l'Exposition coloniale.

Après sa parution, Babar s'installe dans les bibliothèques de tous les enfants de France. Y compris celle des petits cousins de Poulenc à Brive-la-Gaillarde, dans le sud de la France, où le compositeur passe ses vacances avec sa famille en 1940. Un jour, les enfants déposent les Aventures de Babar sur le pupitre du piano de tonton Francis, et lui demandent de jouer son histoire, pour plaisanter. Le compositeur relève le défi et improvise autour des scènes décrites. Au cours des années suivantes, Poulenc reprend l'idée, achève l'ébauche et crée une version pour 'speaker et piano'. L'histoire de Babar est créée le 14 juin 1946 à la radio par le compositeur au piano avec le récitant Pierre Bernac. En 1962, Jean Françaix en propose une version orchestrale. Le britannique David Matthews la transcrit pour orchestre de chambre. Sur la partition de Poulenc, on peut lire : « Pour mes petits cousins Sophie, Sylvie, Benoît, Florence et Delphine Périer ; Yvan, Alain, Marie-Christine et Marguerite-Marie Villotte ; et mes petits amis Marthe Bosredon et André Lecœur, en souvenir de Brive ».

Parmi les nombreuses reprises, c'est la voix de Peter Ustinov accompagnée par l'Orchestre de la Société des concerts du Conservatoire, qui a probablement le plus marqué les esprits.

Texte : Suzana Kubik