Rentrée des conservatoires : comment choisir le bon instrument d'étude ?

Avec la rentrée des conservatoires, une question se pose : comment et où se procurer un instrument pour débuter ? Faut-il le louer, l'acheter ? Et auprès de qui demander conseil ? Tour d'horizons avec des professionnels de facture instrumentale et des musiciens.

Rentrée des conservatoires : comment choisir le bon instrument d'étude ?
Les luthiers prennent souvent en charge les instruments d'étude endommagés par les élèves, © Radio France / Suzana Kubik

La rentrée est une période de stress. A peine après avoir dépassé l'épreuve de l'inscription au conservatoire ou à l'école de musique, il faut déjà penser à une nouvelle étape : trouver un instrument de musique d'étude. Tout le monde n'a pas un Erard dans son salon, encore moins une flûte, un trombone ou une harpe dans son grenier. Alors, comment faire ? 

Où se renseigner ?

« Il est très important de s'adresser d'abord à son professeur d'instrument, explique Aurore Doise, violoniste à l'Orchestre philharmonique de Radio France, qui a longtemps enseigné le violon au conservatoire. Si le conservatoire possède un parc instrumental, l'élève pourra en louer un directement à l'établissement. Mais cela n'est pas le cas de tous les conservatoires, et en plus, les conservatoires ont rarement un parc instrumental complet ou bien entretenu par manque de budget. Mais les professeurs ont tous l’habitude de travailler avec des luthiers et des magasins d'instruments, et peuvent conseiller l'élève en fonction de leurs contacts », précise la violoniste. 

Une fois la liste des adresses en poche, n'oubliez pas de vous renseigner sur les spécificités à prendre en compte en fonction de la famille de l'instrument que vous cherchez, l'âge de l'enfant et votre budget. Enfin, prévoyez de vous y rendre en famille : « Le choix du modèle doit se faire en présence de l'enfant, explique Aurore Doise. C'est sa morphologie qui déterminera quel instrument sera le mieux pour débuter. »

Quel instrument choisir ?

Les cordes frottées

Parmi les différentes familles d'instruments, la plupart se décline en différentes tailles en fonction de l'âge de l'enfant. Pour les instruments à cordes, notamment pour les violons, les modèles de petite taille sont largement connus : par exemple, le 1/8 du violon est la taille adaptée pour les élèves de 5 ou 6 ans, même s'il existe des modèles encore plus petits. Il faudra le remplacer par une taille supérieure toutes les deux ans environ, jusqu'à la taille du violon entier, qui est adapté pour un élève de 12 ans environ. Mais c'est en essayant l'instrument que l'enfant pourra choisir le mieux : « Quand on tient le violon sous le menton et qu'on étend son bras gauche, il faut pouvoir entourer de sa main la tête du violon, sans que le bras soit entièrement tendu. C'est le repère pour choisir la taille qui correspond à la morphologie de l'enfant », conseille la violoniste Aurore Doise.

Il en est de même pour le violoncelle : du 1/8 à l'âge de 6 ans, jusqu'à la taille entière (que l'élève pourra adopter vers 15 ans) différents instruments de transition accompagneront sa croissance. Ce que l'on sait moins, c'est qu'aujourd'hui l'alto et la contrebasse existent aussi en taille réduite :  « Avant, les violonistes et les violoncellistes ratés passaient à l'alto et la contrebasse, plaisante Patrick Charton, luthier dans le 11e arrondissement de Paris.  Depuis une vingtaine d'années, on fabrique aussi les deux instruments en taille réduite, adaptée aux petites morphologies », explique le luthier. 

Les vents

Du coté de la famille des vents, un instrument de transition sera aussi plus pratique pour un jeune enfant. « Certains instruments à vent sont adaptés car ils peuvent être lourds à tenir. Pour la trompette par exemple, un enfant de six ans commencera sur un cornet dont l'embouchure est plus petite, mais la technique du souffle reste la même. En général, les instruments de transition durent deux ou trois ans, après on peut passer à l'instrument de taille normale, explique Benjamin, conseiller pour les instruments à vent au magasin de musique parisien Paul Beuscher. Il existe aussi un modèle de flûte traversière à tête courbée qui permet de raccourcir l'instrument pour les tout petits », ajoute-t-il. Parmi les modèles adaptés aux enfants, il y a aussi des saxophones sopranos courbes, des clarinettes en ut ou en mi bémol, des piccolos, des flûtes petites mains ou goutte d'eau.

La guitare

La guitare est l'un des instruments les plus recherchés. « Elle se choisit en fonction du confort et de la sonorité », précise Fabrice, conseiller pour les instruments à cordes pincées chez Paul Beuscher. Le premier critère repose sur la taille de la caisse et du manche, ensuite la prise en main de l'instrument. Il faut veiller à ce que l'enfant soit confortablement installé avec une caisse adaptée. Si son coude dépasse l'épaule, l'enfant finira par avoir mal à l'épaule et au dos, souligne-t-il. De 5 à 8 ans, ce sera une guitare demi, nous apprend Fabrice, jusqu'à 12 ans ce sera une guitare trois quarts, et à 12 ans, on peut passer à une guitare entière ».

Le piano

C'est l'instrument le plus encombrant et le plus difficile à cacher des voisins. Mais des solutions existent, moins au niveau de la place qu'il faudra quand même trouver, que du volume sonore, que l'on peut maîtriser grâce à la possibilité de travailler au casque ou de baisser le son. 

« Les professeurs de conservatoire exigent un vrai piano dès le début, raconte Thomas, conseiller chez Paul Beuscher. Exit les claviers et autres pianos électriques. Très souvent ils préfèrent les pianos acoustiques, parce que le numérique est moins bien au niveau de la sonorité. Cependant, le piano numérique peut être une bonne solution pour débuter dans la mesure où il a un clavier lesté qui contient les 88 notes du piano acoustique, et un meuble qui garantit le bon positionnement de l'élève : la bonne hauteur, la bonne distance des pédales, un cadre proche du piano acoustique. Aujourd'hui, on peut facilement trouver les pianos acoustiques équipés d'un système silencieux, mais ils restent assez chers pour un premier instrument », explique-t-il. 

Louer ou acheter ? Et à quel prix ?

« Il y a des familles qui achètent parce qu'ils estiment que d'avoir son propre instrument peut motiver davantage un enfant, raconte le luthier Patrick Charton. Je conseille au début de louer l'instrument, parce qu'on ne sait pas comment l'enfant va réagir. Oui il faut changer de taille à peu près tous les deux ans chez un enfant qui grandit, donc revendre l'instrument pour en racheter un plus grand devient compliqué. Mais les parents peuvent aussi commencer par louer un instrument, et s'ils se décident de l'acheter, les frais de locations engagés sont déduits du prix. Entre les violons et les contrebasses, le coût de la location s'élève de 12 à 40 euros par mois, plus les frais d'assurance », précise le luthier. 

Même principe pour les instruments à vent : à l'achat, il faut compter entre 200 euros pour une flûte et environ 400 euros pour un saxophone. « La location aujourd'hui n'est pas toujours rentable, parce qu'on peut trouver des entrées de gamme qui valent à peu près dix mois de location. Le calcul sera toujours plus intéressant à l'achat de l'instrument, en sachant que l'on peut le revendre ensuite. Un cornet est à 325 euros, et entre 20 et 30 euros par mois en location », explique Benjamin. Un coût qui sera un peu moins important pour une guitare : « Par rapport à la sonorité, les petits modèles de bonne facture sont tout à fait adaptés comme instruments de transition, et si l'enfant poursuit, cela vaudra plus le coût d'investir sur une guitare entière. Pour un modèle de base, le prix est d'environ 150 euros », précise Fabrice.

En matière de coût, le piano remporte la palme. « La location peut être une solution intéressante, nous conseille Thomas. Pour un piano acoustique équipé d'un système silencieux, il faut compter 90 euros mensuels environ. Sans le système silencieux, c'est dans les 50 euros. Une bonne solution pour au maximum deux ans, après cela devient trop cher par rapport aux prix à l'achat. Mais la location c'est aussi la liberté de rendre l'instrument. En revanche, un piano acoustique équipé d'un système silencieux représente un investissement très important pour un premier achat, à savoir 5 000 euros. Et contrairement au piano numérique, dont le coût est dans les 1000 euros, il ne perd pas de valeur à la vente », précise-t-il.

Comment s'en occuper ?

Un instrument d'étude ne demande pas de conditions d'entretien particulières. Cependant, lorsqu'on adopte un instrument de musique, il y a quelques précautions à prendre pour éviter la casse et le faire durer plus longtemps. Une mauvaise manipulation ou un endroit peu adapté pour l'entreposer, peut vous causer des migraines et des coûts supplémentaires : 

« Les parents surtendent souvent une corde qui finit par casser, et pour une nouvelle corde il faut parfois payer jusqu'à 40 euros, explique Rachel, luthière à l’atelier de Patrick Charton. Il ne faut pas non plus négliger l'archet, bien détendre les mèches quand les enfants arrêtent de jouer. Les luthiers peuvent vous accompagner dans les premiers pas pour vous transmettre les bonnes pratiques. De manière générale, les instruments en bois sont sensibles aux changements brusques de température, et restent fragiles dans les situations de transport : « Il ne faut pas entreposer l'instrument directement au soleil ou à coté d'un radiateur. Quand il fait très sec, l'instrument peut se fracturer ou se décoller. Pendant le transport, il faut bien le protéger. Souvent les housses de location sont un peu fines, et le moindre choc peut le fracturer ou le dérégler », explique la luthière.

Les instruments à vent doivent être régulièrement nettoyés de l'humidité, et protégés de la poussière. Le mieux est de les garder dans leur étui ou dans la housse. 

Une visite annuelle chez un luthier pour un réglage et une petite mise en beauté est conseillé. « Les instruments d'étude méritent tout autant d'attention que les instruments destinés aux professionnels, nous confie le luthier Patrick Charton. Il est important que les élèves apprennent dans les meilleures conditions pour que leur apprentissage ne se frotte pas aux obstacles inutiles que l'on peut éviter », conclut le luthier.

Quelques pistes pour s'informer:

> le Chat Luthier

> Musique Location 

> éditeur et magasin de musique Paul Beuscher

> luthier Patrick Charton