Quand L'Histoire de Babar transforme l’hôpital en cour de récré

Et si la musique de Francis Poulenc permettait de parler sport, partager un goûter et démystifier la maladie ? Récit sur le projet musical autour de l'Histoire de Babar, présenté par les élèves de l'école Jean Rostand de Ville d'Avray aux enfants malades de l'hôpital Necker à Paris.

Quand L'Histoire de Babar transforme l’hôpital en cour de récré
Quand L'Histoire de Babar transforme l’hôpital en cour de récré, © Maxppp / OLIVIER BOITET

« Bonjour Valentin, tu es dans quelle classe ? » Une conversation comme tant d'autres dans une cour de récréation. A un détail près : Valentin est hospitalisé à l’hôpital Necker, et la conversation a lieu dans l'auditorium de l'établissement hospitalier. Deux classes de l'école Jean Rostand de Ville-d'Avray se sont déplacées cet après-midi-là pour présenter, accompagnées de la pianiste Isabelle Cottet, L'Histoire de Babar de Francis Poulenc aux enfants malades de l’Hôpital Necker, et leur offrir une fresque musicale qui a accompagné le récit et qu'ils ont réalisée avant de venir. Entre Adel, 10 ans et Valentin, même âge, le courant passe tout de suite. Les garçons papotent autour du goûter. 

« Ça fait plaisir de raconter une histoire aux enfants pour qui la vie n'est pas toujours rose, commente Adel, dix ans.  C'est une émotion forte qu'on partage, on discute après, on veut savoir d'où ils viennent et ce qu'ils aiment dans la vie... » Gaspard rajoute : « On a beaucoup travaillé,on a fait la fresque, on a appris des textes, en plus, on a une pianiste qui est très forte, qui va vite, et donc ça fait plaisir de bien faire... » 

Pour les CM1 et CM2 de l'école Jean Rostand, le projet musical préparé en classe n'est pas seulement un éveil à la musique, il est avant tout un gage de partage, un éveil à la différence. 

« Un événement comme celui-ci est un moment d'évasion pour les enfants hospitalisés, ça leur change les idées, résume la maman de Valentin. Mais c'est aussi une bonne chose pour les enfants qui participent au spectacle, de se confronter avec une autre réalité qui n'est pas celle qu'ils vivent au quotidien, » conclut-elle.

Vivre leur vie d'enfant

Avec la venue des enfants de Ville-d'Avray, l’hôpital Necker Enfants malades n'en est pas à son premier échange entre musiciens et patients. Une saison culturelle, grâce à l’auditorium, et des interventions des artistes auprès des malades ont lieu plusieurs fois par semaine. Entre les actions menées dans les services à l'année, et les projets plus ponctuels, les musiciens arpentent souvent les couloirs de l’hôpital. Mais cette fois, ce sont les enfants qui viennent se produire devant les enfants hospitalisés. 

« La volonté de l’hôpital est de créer des occasions d'échanges spontanés entre enfants autour d'une action culturelle, et notamment pour des enfants en séjour long durée », explique Anouk Peronnet du service Culture et animation à l'hôpital. « L'objectif est de leur permettre de vivre leur vie d'enfant au-delà des soins et de la maladie le temps d'un instant. D'assister à un concert, mais aussi de pouvoir discuter avec les petits artistes après, comme s'ils étaient à l'école. »

Amener la musique à ceux qui n'y ont pas accès

Derrière cette rencontre, le souvenir d'un grand musicien. Inspirée de l'engagement du violoniste et pédagogue Yehudi Menuhin, cette première collaboration entre un établissement scolaire et l'hôpital Necker Enfants malades autour d'un projet musical est le fruit du partenariat avec le festival Hommage Menuhin à Ville-d'Avray, lieu où Yehudi Menuhin a vécu et qui lui rend hommage depuis 2016, et de l'association Live Music Now France, une des nombreuses associations-sœurs de la première Live Music Now fondée par ce visionnaire au Royaume-Uni en 1977 et pionnière dans la médiation par la musique. 

« Yehudi Menuhin était non seulement un grand pédagogue -  il a fondé une école et nous a laissé de nombreux écrits sur la pédagogie - mais il a été parmi les premiers à promouvoir les bienfaits de la musique sur les enfants, sur les malades, et à vouloir amener la musique à tous ceux qui n'y ont pas accès », souligne Béatrice Fischer-Diskau, fondatrice de Live Music Now France. Un premier projet avec les scolaires soutenu par l'association française, qui annonce de nombreuses autres interventions des jeunes musiciens auprès des malades à l’hôpital Necker. 

« Nos jeunes musiciens sont tous des rompus des concours et habitués à jouer devant le public, mais chaque rencontre comme celle-ci les bouleverse et ils n'ont qu'une envie : revenir, » témoigne la présidente.

Envie partagée par les élèves de l'école Jean Rostand : « C'est la première fois qu'on se produit à l’hôpital devant les enfants, conclut la rencontre Léo, CM2. Mais c'était cool. J'espère que ce n'est pas la dernière.» Mission accomplie.

  • Festival Hommage Menuhin du 25 au 27 mai à Ville d'Avray sous le signe de l'éveil et la musique