La musicothérapie soignerait la dépression chez les jeunes, disent les chercheurs

Une nouvelle étude prouve que la musicothérapie en complément de la prise en charge traditionnelle peut atténuer la dépression chez les enfants et chez les adolescents avec problèmes comportementaux et émotionnels.

La musicothérapie soignerait la dépression chez les jeunes, disent les chercheurs
Im Sunghee / EyeEm , © Getty

Grâce à la musicothérapie, les enfants et les jeunes avec des troubles de comportement et des problèmes émotionnels verraient leur estime de soi renforcée et leur dépression atténuée, selon la récente étude publiée dans Science Daily.

Menée de 2011 à 2014 sur un échantillon de 251 enfants et jeunes, cette étude a été réalisée par les chercheurs de l'Université de Bournemouth et de l'Université de la Reine à Belfast. Elle est la plus vaste étude réalisée sur ce type de patients, très fragiles, selon Valerie Holmes, de l'Ecole de médecine de l'Université de la Reine, à Belfast. Comme le précise Sam Porter, professeur à l’Université de Bournemouth qui a encadré l’équipe de chercheurs, son impact pourrait être décisif dans le choix des thérapies proposées par différents établissements de soin.

« Les résultats avancés dans notre rapport devraient avoir un rôle capital dans l’identification des prises en charge efficaces pour les enfants et les jeunes atteints des troubles de comportement et des troubles psychiques », explique-t-il.

Sur les 251 enfants et jeunes de 8 à 16 ans pris en charge pour des troubles émotionnels, développementaux ou comportementaux, 123 ont suivi la musicothérapie en plus des traitements traditionnels. A l'issue de la période d'observation, les chercheurs ont constaté que les jeunes avaient une meilleure estime de soi et souffraient moins souvent de dépression. Pour les jeunes de 13 ans et plus, ils ont remarqué en plus une amélioration des capacités de communication et de coopération, ainsi qu'un développement considérable des habilités sociales dans toutes les catégories d'âge. Ces résultats ont été avancés en comparaison avec le groupe témoin de 128 enfants et jeunes qui ont suivi le traitement traditionnel sans la musicothérapie.

« Pendant longtemps, nous nous sommes appuyés sur les études basées sur un échantillon trop réduit pour prouver les effets bénéfiques de la musicothérapie. Les résultats de cette étude sont sans appel et soulignent la nécessité d'intégrer la musicothérapie dans le protocole de soins, » conclue Ciara Reilly d'Every Day Harmony, association des musicothérapeutes qui a participé à l'étude.