Concert de fin d'année : comment accompagner votre enfant ?

A quelques semaines de la fin de l'année scolaire, le stress des examens monte, y compris pour les jeunes musiciens qui se préparent aux auditions de fin d'année.

Concert de fin d'année : comment accompagner votre enfant ?
Comment préparer une audition de fin d'année, © Getty / Jeff J Mitchell

Être fan 

Faites confiance à votre enfant et rappelez-vous, vous êtes son plus grand fan. Soutenez ses efforts, aussi minimes soient-ils, tout en essayant de le motiver. En fonction de son caractère, vous avez différentes stratégies à votre disposition. Il est perfectionniste ? Misez sur sa volonté de bien faire. Il aime être sous les feux de la rampe ? Promettez-lui d'inviter toute la famille. Mélomane ? Profitez-en !

« Lorsque je communique la date de l'audition à certains parents, raconte Thibault Martin, professeur de violoncelle, ils me regardent avec de gros yeux : mon enfant n'y arrivera jamais en si peu de temps ! Mais je préfère qu'ils m'en parlent. Je peux leur expliquer que le travail se fait sur l'année et que rien ne se joue à quelques semaines avant l'audition. En plus, ce dont l'enfant a le plus besoin, c'est du soutien. Toute comparaison est inutile. » 

Zen, soyons zen !

Si votre enfant a le trac, rassurez-vous, c'est plutôt courant. « J’ai souvent entendu des professeurs de musique qui préfèrent éviter de parler de trac à leurs élèves de peur de leur mettre la puce à l’oreille. C’est complètement faux, le trac peut les rattraper plus tard, et ils ne seront pas prêts à l’affronter », explique Marie-Christine Mathieu, kinésithérapeute et formatrice, qui anime le blog L’intelligence du mouvement

Informez-vous sur les mécanismes du trac et préparez votre stratégie avant de la travailler avec votre enfant suffisamment en amont de l'examen. Posez-vous la bonne question : pourquoi fait-on de la musique ? Pour le plaisir. Dédramatisez et anticipez les manifestations physiques que le trac peut provoquer (tremblements, transpiration des mains, vue embrouillée, bouche sèche, raideur dans les membres...) Travaillez sa confiance en lui, soutenez-le dans ses moindres efforts et félicitez-le. S’il est bien préparé, il ne perdra pas ses moyens le jour de l’examen.

Un peu d'organisation 

Rappelez-vous, il ne sert à rien de travailler son instrument une fois par semaine pendant des heures : essayez plutôt de trouver des plages courtes, réparties sur plusieurs jours. Le travail sera ainsi plus progressif, avec moins d'objectifs immédiats et certainement moins de tensions. 

Il faudra du temps pour que votre enfant maîtrise son morceau ou son programme d'examen. Si vous n'êtes pas musicien, n'hésitez pas à demander conseil à son professeur, il vous renseignera sur les éléments à travailler. La technique et la mémorisation, par exemple, sont des processus longs qui ont besoin de répétition et de temps. Mieux le musicien s’approprie son programme, son oeuvre, plus il sera en mesure de faire face à la situation déstabilisante d'un passage en public le jour J. 

« Si vous avez la possibilité d'emmener votre enfant voir la salle le matin du concert, faites-le. Il pourra se visualiser sur scène et essayer le piano par exemple. De retour à la maison, empêchez-le de jouer ou de rabâcher le morceau, qu'il garde son énergie pour le concert », conseille Marie-Lise Vernet, professeure de piano.

Des concerts à la maison ? 

Si votre enfant en ressent l'envie ou le besoin, pourquoi ne pas organiser quelques petits concerts à la maison. S'il y a d'autres musiciens dans votre entourage, vous pouvez les faire participer. Ces moments peuvent être source de motivation pour les enfants comme en témoigne la professeure Isabelle Sobieski : « Faire jouer l'élève pianiste avec par exemple la maman violoniste et la sœur clarinettiste crée une grande complicité sur scène. Et même s'ils ont un tout petit niveau, ils sont tous obligés de répéter avant, et passent par les mêmes phases que l'élève lui-même, ce qui le rassure et l'encourage », ajoute la professeure.

A l'occasion d'un après-midi entre amis, vous pouvez proposer à votre enfant, s'il est d'accord, de sortir son instrument. C'est un bon moyen pour qu'il prenne conscience qu'un public est généralement bienveillant, curieux, voire admiratif. 

Soyez son coach

La musique, c'est un peu comme le sport : une audition demande une préparation particulière. Dans l'idéal, il faut arriver suffisamment en avance pour que votre enfant attende dans le calme et puisse chauffer son instrument, sa voix, ou faire quelques gammes.  Inutile d'imaginer les scénarios les plus catastrophiques ou travailler d'arrache-pied la veille.  Et surtout, n'oubliez pas le plaisir ! 

« Il faut prendre une audition comme une fête, conseille Begona Patino, professeure de piano. Il y a le morceau à jouer, bien sûr, mais aussi le programme, la liste des invités, les choix vestimentaires. Cela permet de parler non plus du stress ou du trac, mais de la concentration et de l'excitation. »

Un concert ? Un jury ? Même pas peur. Au contraire, c'est une belle occasion pour vous et votre enfant de vivre un moment de partage de sa passion.