Entre prévention et traitement de choc : les vertus de l'aromathérapie pour les chanteurs

L'aromathérapie pour les chanteurs : quelles vertus, quelles utilisations et quelles précautions prendre ? Réponse avec l'aromatologue Philippe Banel à l'occasion de sa conférence à l'Opéra-Comique (Paris).

Entre prévention et traitement de choc : les vertus de l'aromathérapie pour les chanteurs
Aromathérapie pour les chanteurs : qu'est-ce que c'est ?, © Getty / BSIP

Qu'il s'agisse des petits bobos de l'hiver, du stress, de la fatigue ou des problèmes de santé chroniques, les médecines naturelles se font progressivement une place dans la vie des musiciens. Pour préparer une échéance importante, prévenir les accidents de parcours ou traiter en urgence une situation de crise, la profession cherche les alternatives aux traitements allopathiques, souvent agressifs et difficiles à supporter. Dans la panoplie, une discipline suscite un intérêt croissant : c’est l’aromathérapie, cette manière de soigner avec des huiles essentielles, hydrolats de plantes et huiles végétales.  « C'est la voie la plus puissante de la guérison parce que les huiles essentielles sont des condensés d'énergie, explique Philippe Banel. Il est aromatologue et soigne diverses pathologies « sur la base du diagnostique du médecin ».

Ce matin-là, Philippe Banel est à l'Opéra-Comique, à l'occasion de la conférence qu'il donne régulièrement entre ces murs pour les chanteurs des productions en cours. Une initiation au protocole que l'aromatologue a élaboré spécifiquement pour eux, riche de son expérience de musicien et de danseur classique. Et lorsqu'il cite les pathologies les plus fréquemment évoquées, le stress occupe la tête du classement : 

« La plus grande crainte du chanteur est de ne pas être à la hauteur, d’être jugé mauvais, notamment pour un débutant. Or c'est sur la voix que se porte tout le stress. Alors qu'il peut être un moteur tout à fait intéressant pour se dépasser, le stress devient un moyen de fonctionnement qui peut provoquer des dérèglements à travers ses différentes incarnations. Et de citer une chanteuse qui développait un psoriasis à chaque prise de rôle. Par l'aromathérapie, on va  agir sur la sphère psycho-émotionnelle afin de booster la confiance en soi », explique le spécialiste. 

Parmi d'autres demandes spécifiques, il y a aussi l'apprentissage d'un rôle, notamment pendant les périodes où les chanteurs travaillent simultanément sur plusieurs productions. « C’est très difficile pour le cerveau parce qu’ils sont à 100% dans leur spectacle, alors qu’ils doivent déjà penser au suivant. Par conséquent, on agit sur la concentration et la souplesse cognitive. » Et enfin, le sommeil. « Après une représentation on est surexcité, l’adrénaline est au plus haut point, et certains chanteurs ne retrouvent pas le sommeil avant l’aube. Il faut pouvoir rééquilibrer les tensions. » S'y joignent les petits tracas quotidiens, que les chanteurs avouent plus facilement, selon Philippe Banel : la fatigue des cordes vocales, les pathologies hivernales ou de la sphère ORL, mais aussi les maladies des collègues. 

« Il n’est pas rare qu’il y ait un malade dans une production et tout le casting tombe malade. Les théâtres n’ont toujours pas compris qu’avec la diffusion des huiles essentielles la nuit, on pourrait désinfecter l’espace de travail pour tout le monde » , confie l'aromatologue.

« Si on ne connait pas, on ne fait pas »

Dans l'assistance, chanteurs, danseurs et quelques curieux découvrent les vertus de la lavande, du laurier noble et autres mentes poivrées. Posologie, contre - indications, compatibilité avec différents traitements, les questions sont précises, et les auditeurs semblent plutôt convaincus des vertus de l’aromathérapie. 

Le ténor Cyrille Dubois en a déjà quelques notions, mais veut devenir autonome pour pouvoir piocher dans sa trousse de secours en cas de pépin : _« Il y a beaucoup de moyens pour se soigner, et souvent par les méthodes très invasives. L'aromathérapie est une façon d'avoir quelque chose de plus subtil. Les rhinites, les angines, peuvent vite prendre des proportions très handicapantes dans le geste vocal et dans la production du son. Si on peut justement utiliser la bonne huile au bon moment pour prévenir tous ces petits tracas, et bien sûr, avoir des gestes qui peuvent nous sauver un spectacle, c'est bien de pouvoir le faire,»  _explique-t-il.

Une alternative aux traitements allopathiques de dernière minute, qui peuvent laisser des séquelles et à terme, fragiliser une carrière, c'est ce que cherche le ténor Eric Huchet, qui chante actuellement dans Madame Favart à l'Opéra-Comique : 

« Pour des problèmes ORL j'ai du prendre des corticoïdes et des antibiotiques, et je l'ai payé pendant quatre mois. Je sais qu'aujourd'hui je ne peux plus prendre ce type de traitement.  Cela fait 25 ans que je fais ce métier, et après être passé par les soins allopathiques, il faut que je trouve des alternatives, ou en complément ou en accompagnement de l'allopathie, pour faire face à un stress ou à une petite infection. Pour nous c'est des systèmes d'aide aux soins, », confie-t-il.

Une aide aux soins, certes, mais à prendre avec précautions, souligne Philippe Banel. L'utilisation des huiles essentielles n'est pas sans risque et l'automédication est déconseillée, chaque huile pouvant s'exprimer différemment à travers chaque sujet et son passé médical. « Si on ne connait pas, on ne fait pas,  tranche l'aromatologue avec le sourire. Ce qui est important de savoir, c'est où l'on met les pieds, à quoi ça sert, comment on l'utilise et quels sont les limites à ne pas dépasser. »