Wilhelm Kempff

Wilhelm Kempff

Pianiste et compositeur allemand (1895 à Jüterbog – 1991 à Positano en Italie)

Considéré comme l’un des plus grands pianistes du XXème siècle, Wilhelm Kempff a mené une carrière prestigieuse sur plus de soixante ans. Ses enregistrements de Beethoven et Schubert restent des piliers de la discographie.

Fils et petit-fils d’organiste, Wilhelm Kempff  entre à la Berlin Hochschule für Musik  dès l’âge de neuf ans. Il y étudie le piano auprès de Karl Heinrich Barth (l’un des professeurs d’Arthur Rubinstein), et intègre par la suite la classe de composition de Robert Kahn. En 1914, tout en continuant son cursus musical au Viktoria Gymnasium  de Postdam, il aborde la philosophie et l’histoire de la musique à l’université. Deux ans plus tard, il obtient le Prix Mendelssohn en composition et en piano. La même année, il débute sa carrière professionnelle en tant que pianiste et organiste accompagnateur du Chœur de la Cathédrale de Berlin lors d’une tournée en Allemagne et en Scandinavie. Il donne son premier récital à la Singakademie de Berlin  en 1917, interprétant, à seulement vingt-deux ans, la Sonate "Hammerklavier"  de Beethoven et les Variations sur un thème de Paganini  de Brahms. En 1918, Wilhelm Kempff est invité pour la première fois à jouer avec la Philharmonie de Berlin, placé sous la direction d’Arthur Nikisch, orchestre avec lequel il se produira régulièrement jusqu’en 1979. Au cours des années 1920, il effectue des tournées en Amérique du Sud, en Europe, et au Japon. Refusant toute compromission sous le régime nazi, il met sa carrière de soliste entre parenthèses. Après le conflit mondial, il revient sur le devant de la scène, faisant sa première apparition à Londres  en 1951, puis ses débuts américains en 1964 à New York. Après avoir joué avec les plus grands orchestres et donné des récitals sur les plus grandes scènes musicales, il donne son dernier concert public à Paris en 1981. Marié et père de cinq enfants, il se retire dans sa villa de Positano, en Italie, où il décède le 23 mai 1991.

Privilégiant une approche spontanée et poétique de la musique, Wilhelm Kempff s’est consacré au grand répertoire classique : Bach, Mozart, Beethoven  (dont il a enregistré deux intégrales des Sonates pour piano ), Brahms, Schubert  (dont il a réalisé une des premières anthologies des Sonates pour piano ), et Schumann. Il a, en outre, beaucoup pratiqué la musique de chambre avec des solistes comme Yehudi Menuhin  et Pierre Fournier, et a mené de front une carrière d’enseignant. Directeur de la Musikhochschule de Stuttgart, de 1924 à 1929, il donne des master classes d’été à Postdam avec Edwin Fischer  et Walter Gieseking  au cours des années 1930, puis fonde, en 1957, la Fondazione Orfeo (aujourd'hui « Kempff Kulturstiftung  ») à Positano. Parmi ses élèves, on peut citer Jörg Demus, Mitsuko Uchida  ou encore Idil Biret. Compositeur, il laisse des transcriptions d’œuvres de JS Bach, quatre opéras, deux symphonies, deux concertos et de la musique pour piano.

Wilhelm Kempff en 6 dates :
 • 1917  : premier récital à Berlin
 • 1918  : premier concert avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin
 • 1951  : débuts à Londres
 • 1957  : fonde la Fondation Wilhelm Kempff
 • 1964  : débuts américains
 • 1981  : dernier concert à Paris

Wilhelm Kempff en 6 disques :
 • Brahms, Œuvres pour piano, Deutsche Grammophon, 1955
 • Beethoven, 5 Concertos pour piano, Philharmonie de Berlin, Ferdinand Leitner, Deutsche Grammophon, 1961
 • Beethoven, 32 Sonates pour piano, Deutsche Grammophon, 1964
 • Beethoven, 10 Sonates pour piano et violon, Yehudi Menuhin, Deutsche Grammophon, 1970
 • Schubert, Œuvres pour piano, Deutsche Grammophon, 1970
 • Schumann, Œuvres pour piano, Deutsche Grammophon, 1975

Biographie de la Documentation de Radio France, décembre 2015

En savoir plus