Wayne Shorter

Wayne Shorter

Saxophoniste et compositeur de jazz américain ( Newark, New Jersey, 1933 -)

Wayne Shorter fait figure de légende vivante du jazz. Il a marqué son époque en tant que soliste, compositeur, sideman, et musicien de groupe au sein de très grandes formations, et ce en dépit des lourdes épreuves qu’il a traversées dans sa vie privée.

Très jeune, Wayne Shorter est fasciné par le cinéma et les arts visuels, le dessin et la peinture, ce qui l’amènera à un diplôme en beaux-arts du collège artistique de Newark. Mais la musique le rattrape. A la radio de ses parents, il entend les big-bands de Count Basie et de Duke Ellington. Il commence la clarinette. Le bebop provoque un choc en lui. Il découvre Charlie Parker, Thelonious Monk, Dizzy Gillespie, Max Roach. Lorsqu’il passe au saxophone ténor, il se fait remarquer et se voit octroyer le surnom de « Newark flash ». Il suit des cours d’harmonie et d’orchestration à l’université qui aboutissent à un diplôme en 1956. On le compare déjà à Stan Getz. En 1958, il commence à côtoyer les grands noms du jazz comme Lester Young, Freddie Hubbard et John Coltrane. Il joue avec Sonny Rollins et Max Roach, puis entre dans le groupe d’Horace Silver. Il se lie d’amitié avec Joe Zawinul avec qui il partage l’addiction à l’alcool. En 1959, il intègre The Jazz Messengers, le groupe d’Art Blakey, qui incarne le hard bop des années 1960. Timide au début, sa personnalité s’affirme progressivement tant sur le plan de la composition que dans le domaine de l’improvisation, en partie grâce aux conseils d’Art Blakey. Le groupe effectue de nombreuses tournées. Durant cette période, il se marie avec Irene Nakagami, d’origine japonaise, en 1961. Et sa rencontre avec Herbie Hancock marque le début d’une longue amitié.

En 1964, Miles Davis, qui avait du mal à remplacer John Coltrane pour son quintette fait appel à Wayne Shorter, qui rejoint ainsi Herbie Hancock, Ron Carter, Tony Williams et, bien sûr, Miles. Très vite, grâce à ses compositions et à ses qualités d’improvisateur, il se retrouve au centre de la formation. Mais en 1966, il divorce et perd son père. Ces évènements aggravent son problème d’alcoolisme, y compris au sein du groupe. Miles Davis commence à renouveler son effectif. Wayne Shorter est le dernier à partir, ce qui lui permet de participer au virage jazz-fusion * du trompettiste, avec les albums *In a silent Way et Bitches brew (1969). C’est à cette époque qu’il passe au saxophone soprano. En 1967, il épouse Ana Maria Patricio. Ce mariage donne naissance à une fille qui, malheureusement, restera handicapée après un accident médical. Wayne Shorter développe sa carrière solo. Il est aussi un *sidemantrès demandé par des musiciens comme Lee Morgan ou Mc Coy Tyner. En 1970, il crée, avec Joe Zawinul et le bassiste Miroslav Vitous, le groupe Weather Report qui s’engage dans la mouvance jazz-fusion avec des instruments électriques et des synthétiseurs. Cette fois, c’est Joe Zawinul qui est aux commandes. Shorter est plus discret. Le groupe va œuvrer avec succès pendant quinze ans. Mais après le décès de sa fille Iska, Wayne Shorter retourne à sa carrière solo en 1985. Il participe ainsi à des projets comme le VSOP (Very Special Onetime Performance), groupe formé par Herbie Hancock et les anciens musiciens du Miles Davis Quintet. Il joue aussi avec Carlos Santana. Là encore, une épreuve l’attend. En 1996, sa femme et sa nièce disparaissent dans un crash aérien. Herbie Hancock soutient son ami complètement désemparé en l’amenant à enregistrer un album en duo : *1+1. Les années 2000 voient la naissance d’un nouveau groupe, le Wayne Shorter Quartet avec le batteur Brian Blade, John Patitucci à la basse et Danilo Perez au piano. Ils enregistrent notamment Footprints live (2002), et Without a net (2013).

Wayne Shorter en 6 dates :
1959 : débuts avec les Jazz Messengers d’Art Blakey
* 1964 * : débuts au sein du Miles Davis Quintet
1966 : divorce et décès de son père
1970 : création du groupe Weather Report
1996 : décès accidentels de sa seconde femme et de sa nièce
2000 : création du Wayne Shorter Quartet

Wayne Shorter en 6 disques :
1960 : The big beat, avec les Jazz Messengers
1964 : Speak no evil
1969 * : *In a silent way, avec le Miles Davis Quintet
*1977
: *Heavy weather, avec Weather Report
1977 : Live under the sky, avec le VSOP
2002 : Footprints live, avec le Wayne Shorter Quartet

Site officiel : http://www.wayneshorter.com/

Biographie de la Documentation de Radio France, août 2015.

En savoir plus