Thierry Escaich

Thierry Escaich

Compositeur, organiste et improvisateur français (Nogent-sur-Marne, 1965 - )

Né en 1965, Thierry Escaich est une figure incontournable de la création contemporaine. Compositeur, organiste et improvisateur de renommée internationale, son écriture trouve sa source aussi bien dans le plain-chant grégorien que chez Brahms, Bartók ou Messiaen. Son catalogue comporte près d’une centaine d’œuvres récompensées par de nombreux prix internationaux.

Thierry Escaich débute ses études musicales aux conservatoires de Rosny-sous-Bois puis de Montreuil avant d'entrer au CNSMDP, où il obtient huit premiers prix. Depuis 1992, il enseigne l’écriture et l’improvisation dans le même établissement et donne également des masterclasses d’orgue, d’improvisation et de composition en France et à l’étranger. En parallèle, sa carrière de compositeur acquiert une solide réputation dès les années 90 notamment grâce à des œuvres telles que Le Chant des ténèbres ou Ad Ultimas Laudes, pour douze voix mixtes. Ses premières pièces son inspirées par la musique sacrée et notamment le plain-chant grégorien.

Aujourdhui, son catalogue s’est enrichi d'œuvres allant de l'instrument solo à l'orchestre symphonique, en passant par de nombreuses pièces de musique de chambre. Son univers musical, "fait de bouillonnements dramatiques tendus jusqu'à l'épuisement et de la confrontation souvent brutale de mondes sonores opposés" (Grégoire Hetzel), trouve son incarnation dans des œuvres orchestrales telles que son Kyrie d'une Messe Imaginaire (1ère symphonie — 1991), ou encore le Concerto pour orgue et orchestre (1995) et le Dernier Evangile (2000) pour chœur, orgue et orchestre. En 2010, il compose The Lost Dancer, un ballet créé par le New York City Ballet et Benjamin Millepied sous le titre Where Am I Not Where You Are. Depuis 2011, il est compositeur associé de l’Orchestre de chambre de Paris. C’est en 2013 que Claude, son opéra sur un livret de Robert Badinter, d’après Claude Gueux de Victor Hugo est créé à l’Opéra de Lyon. Ses pièces sont au répertoire de grandes formations européennes comme l'Orchestre symphonique de Zurich, l'orchestre de la Beethovenhalle de Bonn, l'Orchestre Philharmonique de Radio France, l'Orchestre du Capitole ou l'Orchestre de Monte-Carlo, ainsi que d'ensembles comme A Sei Voci, les BBC Singer s, ou le Quatuor Ysaÿe.

L’orgue tient une place prépondérante dans sa musique, autant en tant que compositeur qu’interprète, il aime dans ses concerts mêler ses propres œuvres à celles d’autres compositeurs et les relier par des improvisations. Depuis 1997, il est organiste titulaire de la tribune de Saint-Etienne-du-Mont à Paris, en succession de Maurice Duruflé.

Thierry Escaich en 6 dates
1989 : premier prix du Concours International de Composition André Jolivet et du Concours International de la Fondation Florence Blumenthal
1991 : Premier prix du Concours International Boellamn-Gigout (improvisation) et Lauréat de la Fondation Bleustein-Blanchet
1993 : Prix de l’Académie des Beaux Arts et de la Sacem
1992 : Nommé à 27 ans professeur d’écriture au CNSMDP
2002 : Grand Prix des Lycéens
2006 : Deuxième Victoire de la musique - catégorie compositeur, après une première Victoire reçue en 2003

Thierry Escaich en 6 œuvres
1995 : Concerto pour orgue et orchestre
1999 : L’Heure suprême, musique pour le film muet L’Heure suprême de Franck Borzage, pour ensemble, commande du Musée du Louvre
2001 : Scènes de bal, pour quatuor à cordes
2010 : The Lost Dancer, ballet pour le New York City Ballet
2011 : Questions de vie… commande de Radio France, pour chœur
2013 : Claude, opéra sur un livret de Robert Badinter, d’après Claude Gueux de Victor Hugo

Site officiel

Biographie de la Documentation de Radio France, novembre 2013