Thelonious Monk

Thelonious Monk

Pianiste de jazz, chef d’orchestre et compositeur américain (1917, Rocky Mount – 1982, Englewood)

Compositeur brillant, musicien hors-norme, et personnalité énigmatique, Thelonious Monk se distingue de ses contemporains par un sens de la structure, du temps et de l’harmonie très singulier. Il est aujourd’hui reconnu comme l’un des musiciens et compositeurs fondateurs du jazz moderne.

C’est avec sa mère que Thelonious Monk s’initie à la musique en tant qu’organiste à l’église. Il se perfectionne brièvement à la Juilliard School avant d’entrer en 1939 dans le quartet du batteur Keg Burnel. Il trouve sa voie très rapidement et commence à composer ses propres œuvres. Il forme en 1934 son propre groupe de jazz : il évite les formations « big bands » de l’époque et choisit une formation de quartet plus intime afin de mieux pouvoir expérimenter sa musique et son style. Dès 1941 il participe aux Jam sessions du club de Harlem « Minton’s Playhouse ». Ayant établi les bases de son nouveau style musical, il fait sensation auprès des grands jazzmen de l’époque tels que Charlie Parker, Dizzie Gillespie et Kenny Clarke. Il découvre le monde croissant du jazz « be bop » et de l’improvisation synonyme du jazz moderne.

Monk enregistre en 1944 pour la première fois avec le quartet de Coleman Hawkins. Ce dernier est une grande source d’inspiration et d’encouragement pour le début de sa carrière. Il enregistre ensuite sous son nom en 1947 pour le label Blue Note, le mettant finalement en valeur en tant que compositeur. Dès ses premiers enregistrements, plusieurs morceaux composés par Monk deviennent vite des standards de jazz, tels que Blue Monk , Straight, no Chaser, Well You Needn’t , et surtout ‘Round Midnight .

A la suite de son arrestation pour possession de drogues en 1951, Thelonious Monk est interdit de jouer dans les clubs de New York. Il passe ainsi la plupart de son temps à composer et enregistrer ne jouant qu’occasionnellement dans des théâtres. Il effectue sa première tournée européenne en 1954. Lors de son passage à Paris, il enregistre plusieurs morceaux pour le label français Vogue, et monte sur scène avec Charlie Parker et Dizzie Gillespie pour un concert organisé par le label Verve Records. Il affirme un style de composition et d’interprétation très personnel, cultivant les contrastes, les consonances et les dissonances, le silence et la simplicité, qualités qui amènent le public et le critiques à penser que Monk est un mauvais pianiste. Critiqué également pour son style pianistique à la fois percussif, répétitif et dissonant (selon Thelonious Monk « il n’y a pas de fausses notes sur un piano »), c’est seulement à la fin des années 1950 qu’il commence à recevoir une reconnaissance internationale auprès des musiciens de jazz et des critiques. Le Thelonious Monk Quartet, dont fait partie le saxophoniste John Coltrane, récolte un énorme succès à New York. Thelonious Monk se voit offrir un contrat chez le prestigieux label Columbia Records et devient l’un des rares jazzmen à faire la couverture du magazine américain de référence, Time Magazine.

Baptisé (malgré lui) grand prêtre et prophète du « be bop », il refuse ces appellations et se retire du monde de la musique au début des années 1970 jusqu'à sa mort en 1982 (son dernier enregistrement date de 1971). Personnage énigmatique, il passe ses six dernières années à l’écart du monde de la musique, se réfugiant chez la baronne Pannonica de Koenigswarter, fille du Lord Charles Rothschild et grande bienfaitrice et le mécène du jazz contemporain.

Thelonious Monk en 6 dates :

1944 Premier enregistrement en tant que pianiste pour Coleman Hawkins
1947 Premier enregistrement sous son propre en nom pour le label Blue Note
1954 Première tournée à Paris
1962 Signe avec le label Columbia Records
1964 Fait la couverture de Time Magazine
1973 Retraite soudaine de Monk du monde de la musique

Thelonious Monk en 6 enregistrements :

1947 « Genius of Modern Music : Volume 1 »
1954 « Monk »
1955 « Thelonious Monk plays Duke Ellington »
1956 « Brilliant Corners »
1962 « Monk’s Dream »
1966 « Straight, no Chaser »

Biographie de la Documentation Musicale de Radio France (août 2014)