Sigiswald Kuijken

Sigiswald Kuijken

Violoniste, gambiste et chef d’orchestre belge (Dilbeek, 1944)

Véritable pionnier du renouveau de la musique baroque dans les années 1960, Sigiswald Kuijken cache sous son caractère jovial un appétit et un enthousiasme sans limite qui le poussent à redécouvrir des instruments ou des modes de jeu oubliés. Musicien complet, il fait référence dans le répertoire pour violon seul comme dans les grandes fresques chorales, et défend avec la plus haute fidélité les œuvres de Monteverdi, Bach, Haydn ou Debussy.

Sigiswald Kuijken étudie le violon à Bruges puis au conservatoire de Bruxelles où il obtient son premier prix en 1964. Très tôt, il s’intéresse avec ses frères Wieland  (gambiste) et Barthold  (flûtiste) à la musique ancienne, et entreprend des recherches sur les techniques de jeu propres à la période baroque. Il redécouvre ainsi la manière de jouer du violon sans mentonnière  en 1969, ce qui modifie en profondeur l’approche de cet instrument pour les décennies à venir. Il troque volontiers le violon contre la viole de gambe lorsqu’il s’agit, par exemple, d’assurer le continuo. Il se produit au sein de l’ensemble Alarius  de 1964 à 1972 sur les scènes européennes et américaines, et pratique la musique de chambre avec les plus emblématiques personnalités du renouveau baroque : Gustav Leonhardt, Frans Brüggen, Anner Bylsma, Alfred Deller, René Jacobs
 En 1972, Gustav Leonhardt dirige Le Bourgeois gentilhomme  de Lully et fonde La Petite Bande, orchestre spécialisé dans la musique ancienne et formé autour de musiciens belges et néerlandais. Sigiswald en assure la direction permanente, le plus souvent depuis le violon, qu’il s’agisse de symphonies de Haydn  ou de la Messe en si mineur  de Bach. Il fonde le Quatuor Kuijken  en 1986 avec lequel il interprète les œuvres du classicisme viennois.
 Dans les années 2000, il se rallie aux thèses du musicologue américain Joshua Rifkin, selon lesquelles les œuvres chorales de Bach peuvent être interprétées avec un seul chanteur par partie. Il enregistre alors les deux passions, la Messe en si, les motets et une année liturgique complète de cantates sacrées en suivant ce principe.
 Des recherches musicologiques approfondies et circonstanciées lui permettent en 2004 de présenter au public le violoncello da spalla  (ou violoncelle d’épaule), instrument à mi-chemin entre le violoncelle et l’alto. Cet instrument semble devoir se substituer au violoncelle dans la plupart des œuvres des 17e et 18e siècles. En gravant les Six Suites  pour violoncelle de Bach sur cet instrument, Sigiswald Kuijken devient le premier musicien à enregistrer aussi bien ces œuvres que les Sonates et Partitas  pour violon seul, dont il est l’auteur de deux versions.
 Loin de restreindre ses activités musicales au répertoire baroque, Sigiswald Kuijken aborde la musique de chambre de Debussy ou accepte les invitations à diriger divers orchestres symphoniques dans les grandes œuvres du romantisme allemand.  

Sigiswald Kuijken en 6 dates :
 1969 : redécouvre le jeu du violon sans mentonnière
 1970 : devient professeur de violon baroque à La Haye
 1972 : co-fonde la Petite Bande avec Gustav Leonhardt
 1986 : fonde le Quatuor Kuijken
 2004 : redécouvre le violoncello da spalla
 2007 : enregistre les Vêpres  de Monteverdi avec un instrumentarium entièrement reconstruit  

Site officiel :
http://www.lapetitebande.be/sigiswald.php 

Biographie de la Documentation Musicale de Radio France, décembre 2014

En savoir plus