Scott Ross

Organiste et claveciniste américain (Pittsburgh, 1951 – Assas, 1989)

Surnommé « l’enfant terrible » du clavecin, Scott Ross est un interprète à part dans l’histoire de la musique classique. Mort à l’âge de 38 ans, il laisse derrière lui de nombreux enregistrements et intégrales dédiés à ses compositeurs de prédilection : Haendel, Couperin, Rameau, Scarlatti...

Né en Pennsylvanie d’un père journaliste et d’une mère peintre et publicitaire, Scott Stonebraker Ross entreprend des études de piano et donne son premier récital à l’âge de cinq ans. A dix ans, il découvre le son du clavecin sur un enregistrement, et se met à bricoler son piano pour en retrouver le son. A la mort de son père en 1960, Scott Ross s’installe avec sa mère en France sur la Côte d’Azur, et s’oriente vers la pratique de l’orgue. C’est ainsi qu’à l’âge de quatorze ans, il joue sur l’orgue de Notre-Dame devant Pierre Cochereau, qui l’encourage à rejoindre le Conservatoire de Nice. Il y recevra l’enseignement de ses maîtres René Saorgin pour l’orgue et Huguette Grémy-Chauliac pour le clavecin. Par la suite, Scott Ross intègre l’Académie d’orgue de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume dans la classe de Michel Chapuis, puis le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris auprès de Robert Veyron-Lacroix. Orphelin à dix-neuf ans, il se présente au Concours de musique ancienne de Bruges, dont il reçoit le très convoité Premier Prix des mains de Gustav Leonhardt

En 1973, Scott Ross accepte un poste de professeur agrégé à l’Université Laval de Québec, où il résidera pendant dix ans. Cette même année, il enregistre chez Stil le disque Monsieur Bach, qui le fera connaître du grand public. Propulsé sur le devant de la scène, il entame sa carrière de concertiste avec d’importantes tournées menées à travers le monde. En 1975, il entreprend d’enregistrer l’intégrale des pièces pour clavecin de Jean-Philippe Rameau, qui paraissent en 16 disques chez Stil. S’ensuit une intégrale François Couperin, puis l’enregistrement des 555 sonates de Domenico Scarlatti chez Erato, parues en 34 disques et diffusées sur les ondes de France Musique à raison de dix minutes de musique par jour tout au long de l’année 1985. A cette époque, le claveciniste s’installe à Arras (Hérault), où il perdra précocement la vie en 1989, atteint du VIH.

Personnage aux multiples facettes, botaniste dans l’âme et fan inconditionnel de Nina Hagen, Scott Ross détone dans le paysage des interprètes de musique ancienne. Pianiste de formation, il n’a jamais cessé de travailler son répertoire, et spécifiquement les œuvres de Chopin, Ravel et Debussy, dont il se sentait particulièrement proche. 

Passer de Scarlatti à Debussy, c’est rester dans le même langage. Ils ont beaucoup en commun : on y rencontre la surprise, la gratuité et souvent l’étrangeté.

(Propos recueillis par Denise Fasquelle pour Diapason n°334, janvier 1988)

Scott Ross en 6 dates : 

  • 1964 : installation en France, cours avec Huguette Grémy-Chauliac
  • 1971 : premier prix au Concours de Bruges
  • 1973 : enseignant à l’Université Laval de Québec, jusqu’en 1983
  • 1975 : enregistrement des Pièces pour clavecin de Rameau pour Stil
  • 1977-1978 : enregistrement de l’intégrale de Couperin
  • 1985 : diffusion sur France Musique de ses 555 sonates de Scarlatti

Biographie de la Documentation musicale de Radio France, avril 2018

En savoir plus