Richard Strauss

Richard Strauss

Compositeur et chef d’orchestre allemand (Munich 1864 – Garmisch-Partenkirchen 1949)

Richard Strauss est le maître du poème symphonique, se démarquant ainsi de Mahler et Bruckner restés fidèles à des formes symphoniques plus traditionnelles. Sa musique est largement empreinte d’une expressivité romantique poussée à l’extrême, tandis que ses orchestrations repoussent encore les limites des effectifs classiques.

Musicien précoce, il compose sa première symphonie à 17 ans, et commence à diriger à 20 ans. Sa carrière brillante de chef d’orchestre le mène sur deux fronts : le répertoire symphonique et l’opéra. Il en est de même pour la composition. Avec le musicien poète Alexander Ritter, il découvre la « musique du futur » : celle de Liszt , Berliozet Wagner.
Dans la continuité de Liszt et Berlioz, il développe le genre du poème symphonique, qui s’articule non sur une forme en plusieurs mouvements, mais sur une idée, une histoire, des personnages, voire un texte. De Wagner, il reprend le principe des leitmotivs, ces motifs musicaux qui symbolisent les personnages ou les idées tout au long de l’œuvre. Il conçoit d’ailleurs des brochures destinées à guider les auditeurs lors des concerts. Dans ses opéras, il aborde des thèmes qui choquent le public : l’inceste dans Salomé, le matricide dans Elektra.
A partir de 1933, Strauss s’efforce d’éviter le conflit direct avec Hitler en acceptant certaines missions officielles. Mais sa collaboration avec l’écrivain juif autrichien Stefan Zweig et les origines juives de sa belle-fille lui valent la disgrâce politique auprès des nazis.

Strauss en 6 dates :

1894 : succède à Hans von Bülow à la tête de la Philharmonie de Berlin
1896 : nommé premier chef de l’Opéra de la Cour de Munich
1919 : nommé premier chef de l’Opéra d’Etat de Vienne
1933 : accepte de présider le Reichsmusikkammer, l’institut nazi de contrôle de la musique
1936 : accepte d’écrire l’hymne des Jeux Olympiques de Berlin
1948 : blanchi de toute collaboration avec les nazis

Strauss en 6 œuvres :

1889 : Don Juan, poème symphonique
1896 : Ainsi parlait Zarathoustra, poème symphonique
1905 : Salomé, opéra
1909 : Elektra, opéra
1911 : Le Chevalier à la rose, opéra
1948 : Les quatre derniers lieder, pour voix et orchestre