Renata Tebaldi

Renata Tebaldi

Soprano italienne (1922, Pesaro - 2004)

Renata Tebaldi, soprano lyrique qui compte parmi les plus talentueuses belcantistes du 20ème siècle, cultiva tout au long de carrière une grande discrétion. Elle fut consacrée en 1946 « Grande bête d’opéra » par Toscanini, qui d’un coup de baguette en fit une prima donna internationale. Son répertoire se compose de 45 opéras que Renata s’écoute inlassablement jusqu’à l’arrêt de sa carrière. « J’éprouvais une satisfaction tellement immense de comprendre qu’à travers mon chant, je pouvais contenter tant de gens, et des gens si divers ! »

Le père de Renata, Teobaldo Tebaldi est violoncelliste, et sa mère Giuseppina, infirmière. Le père a déjà quitté le domicile conjugal lorsque Renata voit le jour à Pesaro.
En 1935, très intéressée et initiée à la musique par une figure paternelle souvent absente, Renata commence le piano à Parme auprès de sa cousine Giuseppina Pasani. A dix-sept ans, éblouis par les dispositions vocales de son élève, son professeur lui fit passer le concours d’entrée du Conservatoire de Parme. Reçue avec un an d’avance, elle entre dans la classe de Ettore Campogalliani. Elle continue très vite ses études de chant auprès de Carmen Melis à Milan. Malgré la guerre, le Teatro Regio de Parme tente tant bien que mal de maintenir sa saison musicale, ce qui permet à Renata de débuter dans la Bohême de Puccini et Andrea Chénier * de Giordano. En 1945, elle chante dans *Otello de Verdi à Trieste. 1946 est un tournant dans l’ascension de Renata Tebaldi, lorsque* Arturo Toscanini, après l’avoir vu chanter le rôle d’Elsa de *Lohengrinde Wagner, souhaite l’auditionner pour interpréter La Prière de Moïse de Rossini et le Te Deum de Verdi lors du concert inaugural de la Scala reconstruite le 11 mai 1946. La légende de la « Voix d’Ange » qui descend du ciel est née. En 1950, elle chante pour la première fois Aïda de Verdi à la Scala de Milan. Elle est remplacée pour les dernières représentations par *Maria Callas, sa plus fidèle ennemie qui suscite une vrai bataille médiatique des prima-donna, ayant chacune leurs cohortes d’admirateurs. Membre de la troupe de la Scala, Renata Tebaldi effectue sa première tournée à l’étranger, à Londres (dans Otello a Covent Garden) et Edimbourg. En 1951, elle chante *Giovanna D’Arco de Verdi à l’Eglise de la Madeleine à Paris.
Le 31 janvier 1955 marques ses débuts au Metropolitan Opera dans Otello de Verdi. La majeure partie de sa carrière se fera alors aux Etats-Unis, ce jusqu’en 1973. Son succès en Amérique du Nord est tel qu’elle y est surnommée « Miss sold-out » et de nombreux clubs de fan sont créés tel que le « *Renata Tebaldi’s Music Club * ». En 1963, une crise vocale l’oblige à remettre en cause sa technique, et de fait, son répertoire. Sa voix s’élargit mais l’aigu se durcit. En 1966, après un long repos vocal, Renata revient sur la scène du Métropolitan en interprétant pour la première fois la Gioconda de Ponchielli, et La Fanciulla del West de Puccini. Elle quitte définitivement la scène en janvier 1973.
Le 23 mai 1976, elle donne un dernier concert à la Scala, au profit des victimes du tremblement de terre de Frioul.
Elle décède le 19 décembre 2004 à Saint-Marin.

Connue surtout comme interprète de Verdi, Puccini, Giordano, Rossini ou Ponchielli, Renata Tebaldi rencontra également un grand succès avec Mozart, Wagner, Haendel et Tchaïkovski.

*Renata Tebaldi en 6 dates : *

23 mai 1944 : débuts officiels de Renata Tebaldi à Rovigo dans le rôle d’Elena de Mefistofele d’Arrigo Boïto

3 février 1951 : interprète la Traviata de Verdi à la Scala de Milan

31 janvier 1955 : début au Metropolitan Opera dans Otello de Verdi

22 septembre 1966 : prise de rôle dans la Gioconda de Ponchielli au MET

1968 : dernier enregistrement chez DECCA : la Wally de Catalani avec Mario del Monaco, l’Opéra de Monte-Carlo, les chœurs de Turin, sous la direction de F.Cleva

11 février 1970 : prise de rôle dans la Fanciulla del West de Puccini au MET

Biographie de la documentation de Radio France (16/02/2016)

En savoir plus