Patrizia Ciofi

Patrizia Ciofi

Soprano italienne (près de Sienne, 1967-)

Soprano lyrique aussi à l’aise dans Monteverdi, Mozart ou Verdi, Patrizia Ciofi est sans doute une des artistes italiennes les plus sincères de sa génération. L’engagement dans son art lui permet d’incarner au plus près ses rôles, recherchant toujours l’expressivité de chaque mot et l’adaptation de sa voix aux différents styles de musique.

Après des études à Livourne à l’Institut musical Mascagni avec Anastasia Tomaszewska-Schepis, Patrizia Ciofi se perfectionne et complète sa formation auprès d’artistes prestigieux comme Carlo Bergonzi ou Shirley Verrett à l’Academia Chigiana de Sienne, ainsi qu’avec le grand pédagogue Claudio Desderi.
Elle débute à Florence en 1989 puis se produit sur d’autres scènes italiennes avant d’entamer une carrière internationale. Sa silhouette fine et déliée apparaît sur de nombreuses scènes sous la direction de célèbres chefs d’orchestre. Patrizia Ciofi fait du théâtre à travers sa voix : c’est la raison pour laquelle à chaque nouvelle mise en scène, elle fait table rase des interprétations précédentes, et s’investit ainsi avec une rare intensité dramatique dans les nouvelles productions.
La souplesse de sa voix lui permet de chanter un large répertoire allant de la période baroque au 20ème siècle, qu’il s’agisse d’opéras ou de récitals. La plupart de ses enregistrements discographiques ont été pris sur le vif, car Patrizia Ciofi pense qu’il n’est pas facile de faire entrer le théâtre dans un disque, sa motivation principale étant de provoquer des émotions à son public.
Très à l’aise en italien et en français qu’elle parle couramment, elle se produit dans un répertoire très étendu, de Haendel à Bellini, en passant par les opéras italiens de Mozart, Verdi, Rossini ou encore Puccini. En dehors de ces opéras bien connus, elle apprécie de découvrir des ouvrages rarement interprétés, tels Il crociato in Egitto de Giacomo Meyerbeer ou encore l’opéra Mese mariano d’Umberto Giordano.

Patrizia Ciofi en 6 dates

1989 : fait ses débuts à Florence dans Giovanni Sebastiano de Gino Negri
1999 : première prestation à l’Opéra Bastille dans le rôle de Nanetta dans Falstaff
2003 : débuts au Lyric Opera de Chicago dans Traviata
2006 : elle chante pour la première fois Lucia di Lammermoor aux Chorégies d’Orang e
2009 : reprise de Traviata aux Chorégies d’Orange avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France et Myung-Whun Chun g
2014 : rôle titre dans Luisa Miller de Verdi à l’Opéra Royal de Liège

Biographie de la Documentation Musicale, novembre 2014

En savoir plus