Olivier Messiaen

Olivier Messiaen

Compositeur français (Avignon 1908 – Clichy 1992)

Olivier Messiaen est l’un des compositeurs les plus importants de la deuxième moitié du XXème siècle. Organiste et pianiste, il est aussi reconnu dans le monde entier pour son enseignement réputé au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

Né d’un père professeur d’anglais et d’une mère poétesse, Olivier Messiaen acquiert jeune une foi catholique prononcée. Après ses premières leçons de piano et d’harmonie, il entre au Conservatoire de Paris en 1919, à 11 ans. Il a pour professeurs Maurice Emmanuel, Marcel Dupré, Paul Dukas, Charles-Marie Widor. En l’espace de six ans, il obtient des premiers prix en harmonie, fugue, contrepoint, accompagnement au piano, histoire de la musique, orgue, improvisation à l’orgue, et enfin composition.

En 1931, Olivier Messiaen prend le poste d’organiste à l’église de la Trinité, à Paris. Il improvise, compose beaucoup, expérimente ses idées musicales, inspirées par le plain-chant, les rythmes anciens et asiatiques, et les chants des oiseaux qui le fascinent – il décide même de devenir ornithologue. Il commence à enseigner en 1934, à l’Ecole Normale de Musique de Paris et à la Schola Cantorum. Il devient professeur d’harmonie au Conservatoire en 1942, après la Seconde guerre mondiale, durant laquelle il est fait prisonnier et compose son Quatuor pour la fin du temps. A cette période, il rencontre Yvonne Loriod, qui devient sa femme et l’interprète principale de ses œuvres pour piano.

Progressivement, Olivier Messiaen se met à donner des cours d’analyse, d’esthétique, de rythme, au Conservatoire et à l’étranger. En 1966, sa classe d’analyse est instituée en tant que classe de composition. Elle attire des élèves du monde entier, parmi lesquels Pierre Boulez, Pierre Henry, George Benjamin, Karlheinz Stockhausen ou encore Iannis Xenakis.

L’œuvre de Messiaen, aussi bien musicale que pédagogique, a été honorée par de nombreuses distinctions et manifestations (fondation, festival…). Ses écrits théoriques permettent d’aborder son esthétique, notamment Théorie de mon langage musical (1944).

Messiaen en six dates

• 1930 : premier prix en composition au Conservatoire de Paris
• 1931 : titulaire du grand orgue de l’église de la Trinité, à Paris
• 1934 : enseigne à l’Ecole Normale de Musique de Paris et à la Schola Cantorum
• 1936 : fonde le groupe « Jeune France » avec André Jolivet
• 1942 : professeur d’harmonie au Conservatoire de Paris
• 1966 : sa classe d’analyse musicale devient officiellement classe de composition

Messiaen en six œuvres

• 1934 : L’Ascension – Quatre méditations symphoniques pour orchestre
• 1940 : Quatuor pour la fin du Temps, pour violon, violoncelle, clarinette et piano
• 1944 : Vingt regards sur l’enfant Jésus, pour piano
• 1949 : Turangalîla-Symphonie, pour orchestre et deux solistes (piano et ondes Martenot)
• 1950 : Messe pour la Pentecôte, pour orgue
• 1983 : Saint François d’Assise, opéra en 3 actes et 8 tableaux