Montserrat Caballé

Montserrat Caballé

Chanteuse lyrique (Barcelone, 1933 - Barcelone, 2018)

De son nom complet Maria de Montserrat Viviana Concepción Caballé i Folc, Montserrat Caballé, surnommée aujourd’hui « La superbe », est l’une des plus grandes voix de l’opéra. Cette grande interprète catalane s’impose sur les plus prestigieuses scènes du monde comme une reine incontestée du bel canto.

Montserrat Caballé vit d’abord une enfance difficile, sous fond de guerre civile. Une famille de mécènes finance ses études et lui permet d’intégrer le Liceo de Barcelone, où elle y apprend le chant, la théorie musicale, et l’histoire de la musique, jusqu’à obtenir une médaille d’or de chant. S’ensuivent deux engagements, successivement aux opéras de Bâle puis de Brême, où elle se constitue un répertoire de base dont elle fera bon usage ensuite en Allemagne, en Italie, au Portugal, et aux Pays-Bas. Le succès était venu trois ans plus tôt, au Liceu de Barcelone, sa ville natale. En 1962, son rôle comme soliste pour la création mondiale de l’oratorio « El Pessebre » de Pablo Casals lui permet d’acquérir une notoriété internationale. Trois ans plus tard, Montserrat Caballé connait un succès médiatique d’une ampleur sans précédent avec son interprétation de Lucrèce Borgia de Donizetti au Carnegie Hall. En 1972, elle fait ses débuts à la Scala dans l'opéra Norma de Bellini, et au Royal Opera House à Covent Garden en tant que Violetta dans la Traviata de Verdi.

Aussi à l’aise dans les vocalises de la Rosine du Barbier de Séville, dans les cantilènes expressives de grands opéras de Verdi ou Puccini, que dans un noble bel canto d’un Bellini et d’un Donizetti, Montserrat Caballé enchaîne ses triomphes en incarnant de nombreux rôles dont on peut citer La Donna del Lago de Rossini, Caterina Cornano de Donizetti, son compositeur fétiche, ou encore Salomé de Strauss. Sa voix de soprano est notamment appréciée pour son agilité mais aussi pour la tenue de son souffle, sa large palette de nuances et de dynamiques, et bien sûr sa puissance. A partir de 1980, elle s’abandonne à des rôles de plus en plus dramatiques, au fur et à mesure que sa voix gagne dans les graves et augmente en volume. C’est ainsi qu’elle aborde Turandot de Puccini, Gioconda de Ponchielli et Siegelinde dans La Walkyrie de Wagner.

Montserrat Caballé est invitée à de nombreux festivals, comme, en France, celui d’Aix-en-Provence ou celui d’Evian. Sa discographie est foisonnante. Elle enregistre pour diverses maisons de disque comme RCA, Emi, BMG, Decca, Philips…

L’année 1992 lui est particulièrement glorieuse. Elle se voit associée aux manifestations du 5e Centenaire de la découverte de l’Amérique ; participe à l’Exposition Universelle de Séville en donnant un concert prestigieux dans la cathédrale ; la chanson Barcelona avec Freddy Mercury devient l’hymne des Jeux Olympiques de Barcelone. S’intégrant à des projets de musiques pop ou rock, elle collabore avec des chanteurs médiatisés comme Vangelis, Johnny Hallyday, Steve Lee (chanteur du groupe Gotthard)…

Par ailleurs, Montserrat Caballé s’investit dans plusieurs œuvres caritatives. Elle est nommée ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO en avril 1994, et a créé une fondation pour les enfants dans le besoin à Barcelone.

Montserrat Caballé en 6 dates :

  • 1954 : médaille d’or de chant au conservatoire du Liceu de Barcelone
  • 1956 : premier engagement professionnel à l’opéra de Bâle dans La Bohème
  • 1965 : grand succès médiatique au Carnegie Hall avec El Passedre de Pablo Casals
  • 1972 : débuts à la Scala
  • 1992 : son duo avec Freddy Mercury, la chanson « Barcelona », devient l'hymne des Jeux Olympiques de Barcelone
  • 1994 : nommée ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO

Biographie de la Documentation de Radio France, Août 2018.

En savoir plus