Michel Legrand

Compositeur, interprète et arrangeur français (1932 à Paris)

La carrière de Michel Legrand est un tourbillon musical. Rares sont les artistes qui ont excellé dans autant de domaine à la fois : composition, arrangement, interprétation, jazz, variété, musique de film… Avec 3 Oscars en poche, Michel Legrand a vu son talent reconnu par ses pairs.

Michel Legrand est né et a grandi au sein d’une famille de musiciens. Son père était le compositeur Raymond Legrand. Son oncle, Jacques Hélian, était chef d’orchestre. Sa sœur, Christiane Legrand fera une carrière de chanteuse de jazz. Le jeune Michel fait ses études de piano et d’écriture au Conservatoire de Paris, dans les classes de Lucette Descaves et Nadia Boulanger. En 1949, il reçoit le choc de la musique jazz lors d’un concert de Dizzy Gillespie. Deux ans plus tard, en 1951, il pénètre le monde de la variété, et démarre une carrière d’accompagnateur et arrangeur avec Henri Salvador, Zizi Jeanmaire et Maurice Chevalier. Elle se poursuivra par la suite avec les plus grands chanteurs de variété, de jazz et de classique : Charles Aznavour, Frank Sinatra, Sarah Vaughan, Ela Fitzgerald, Jessye Norman, Kiri Te Kanawa, Nana Mouskouri, Claude Nougaro, Natalie Dessay. En 1954, son premier album I love Paris, constitué de chansons françaises arrangées en jazz remporte un énorme succès. C’est le point de départ d’une carrière internationale retentissante dans le jazz. Il va travailler avec des musiciens aussi célèbres que Miles Davis, John Coltrane, ou Bill Evans. Certaines de ses compositions deviennent des standards de jazz : La Valse des lilas (Once upon a summer time), La Chanson de Maxence (You must believe in spring).
Au cours des années 1960, Michel Legrand commence une seconde carrière, dans le cinéma cette fois. La Nouvelle Vague est en train de s’imposer. Il a l’opportunité de composer des musiques pour des films d’Agnès Varda, Cléo de 5 à 7 (1962), et Jean-Luc Godard, Une femme est une femme (1961), Vivre sa vie (1962), et Bande à part (1964). Mais c’est sa collaboration avec le réalisateur Jacques Demy qui va marquer le plus le cinéma français. Après Lola (1961), Les Parapluies de Cherbourg (1964), dont la musique est nommée aux Oscars, Les Demoiselles de Rochefort (1967),et Peau d’âne (1970), marquent la naissance d’un genre, la comédie musicale à la française. Cependant, dès 1966, Michel Legrand s’est installé à Los Angeles pour tenter sa chance à Hollywood. Il va ainsi connaître la consécration à plusieurs reprises : Meilleure Chanson Originale aux Oscars et aux Golden Globes pour le titre The Windmills of your mind du film L’Affaire Thomas Crown de Norman Jewison (1968), Oscar de la meilleure musique de film pour la bande originale du film Un été 42 de Robert Mulligan (1971), Oscar de la meilleure adaptation musicale pour le film Yentl de Barbra Streisand (1983). En 2009, la Cinémathèque Française fête les 50 ans de carrière de Michel Legrand, en projetant les principaux films dont il a écrit la musique. En 2014, après deux mariages successifs, il épouse la comédienne Macha Méril à Monaco. En 2017, il se lance un nouveau défi en remontant sur scène, cette fois seul au piano, au Théâtre du Rond-Point à Paris.

Michel Legrand en 6 dates :

  • 1951 : début de sa carrière d’arrangeur
  • 1966 : s’installe à Los Angeles
  • 1968 : premier Oscar pour la musique de L’Affaire Thomas Crown de Norman Jewison
  • 1971 : second Oscar pour la musique d’ Un été 42 de Robert Mulligan
  • 1983 : troisième Oscar pour la musique de Yentl de Barbra Streisand
  • 2009 : célébration de ses 50 ans de carrière par la Cinémathèque Française

Site officiel : http://michellegrandofficial.com/

Biographie de la Documentation de Radio France, 2017