Max Bruch

Max Bruch

Compositeur allemand (Cologne 1838 – Berlin 1920)

Contemporain et ami de Johannes Brahms avec lequel il a beaucoup été comparé, Max Bruch est un compositeur allemand du XIXème siècle. Son style et son sens de la mélodie, caractéristiques du mouvement romantique, lui assurent une renommée européenne ; cependant, le refus de Bruch d’adhérer aux innovations post-romantiques à la fin du siècle limite sa notoriété.

Max Bruch commence à étudier la musique avec Heinrich Carl Breidenstein, à Bonn, puis se rend à Francfort grâce à l’obtention d’une bourse de la fondation Mozart. Il travaille alors avec Carl Reinecke et Ferdinand Hiller, et écrit ses premières œuvres.

Après avoir été professeur à Cologne pendant trois ans, Max Bruch devient chef d’orchestre et chef de chœur, d’abord à Mannheim où il s’installe en 1863, puis à Coblence, Sonndershausen, Berlin, Liverpool et enfin Breslau (1883). Il enseigne notamment au compositeur anglais Ralph Vaughan-Williams. Sa carrière atteint son apogée lorsqu’il est nommé directeur de la Musikhochschule de Berlin, en 1891.

Outre quelques œuvres de musique de chambre parmi lesquelles on peut retenir ses Huit pièces pour clarinette, alto et piano (1910), Max Bruch a composé deux opéras, Die Loreley et Hermione, mais c’est surtout pour ses deux concertos pour violon (1868 et 1878) et ses œuvres de musique chorale qu’il est connu et apprécié de son vivant, en Allemagne puis progressivement dans toute l’Europe.

Max Bruch en six dates

• 1852 : obtention d’une bourse de la fondation Mozart
• 1858 : professeur de musique à Cologne
• 1862 : chef de chœur et chef d’orchestre à Mannheim
• 1878 : chef d’orchestre à Berlin
• 1883 : directeur musical de l’orchestre de Breslau
• 1891 : directeur de la Musikhochschule de Berlin (jusqu’en 1910)

Max Bruch en six œuvres

• 1868 : Concerto pour violon n°1 en sol mineur, op. 26
• 1872 : Odysseus, oratorio profane, op. 41
• 1878 : Concerto pour violon n°2 en ré mineur, op. 44
• 1880 : Fantaisie écossaise pour violon et orchestre, op. 46
• 1880 : Kol Nidrei, rhapsodie hébraïque pour violoncelle et orchestre, op. 47
• 1910 : Huit pièces pour clarinette, alto et piano en mi mineur, op. 83

En savoir plus