Luigi Nono

Luigi Nono

Compositeur italien (Venise, 1924 – 1990)

Comme Boulez ou Stockhausen, Luigi Nono est un représentant majeur de l’Ecole de Darmstadt. Il se singularise par la dimension ouvertement politique de son œuvre.

Luigi Nono étudie parallèlement le droit à Padoue, où il obtient son diplôme en 1946, et la musique avec Malipiero, dont il suit les cours au conservatoire de Venise. Cette époque est également marquée par sa rencontre avec Bruno Maderna, qui dirigera plus tard ses œuvres. En 1946, il reçoit l’enseignement d’Hermann Scherchen, héritier de la pensée schoenbergienne, et se rend régulièrement dès 1950 à Darmstadt où il suit les cours d’Edgar Varèse et rencontre Karklheinz Stockhausen. Sa première œuvre, les Variations canoniques d’après une série de Schoenberg, y est présentée cette année-là.
La création en octobre 1956 d’Il canto sospeso, œuvre vocale sur des textes de condamnés à mort de la Résistance, rencontre un succès international et lance la carrière de Nono comme compositeur de l’avant-garde post-webernienne. Cette œuvre signe aussi l’engagement politique infaillible de son auteur, membre du parti communiste italien à partir de 1952. En effet, les thèmes qu’il aborde dans ses compositions répondent à l’actualité sociale de son époque : la bombe atomique, l’antisémitisme, la société de consommation, les problèmes du Tiers-Monde, etc.
En 1961, la création d’Intolleranza, opéra sur des textes de Brecht et de Sartre dont le sujet est l’oppression fasciste, fait scandale au théâtre de La Fenice. Pourtant, Nono mène une vie paisible à Venise, et partage son temps entre cours donnés à Darlington, conférences en Amérique Latine, et concerts donnés dans des lieux décalés, comme des sorties d’usines. En 1968, les événements de mai le conduisent à refuser de participer à la Biennale de Venise qu’il considère comme un festival du « monde bourgeois ».
Dans ses dernières œuvres, Nono pousse de plus en plus loin ses expérimentations sonores en écrivant pour des dispositifs de musique électronique en direct ou aléatoire, et s’intéresse aux propriétés intrinsèques du son. Il réalise encore quelques voyages en Europe avant de s’éteindre à l’âge de 66 ans.

Luigi Nono en 6 dates :
1941 : Rencontre Malipiero
1946 : Rencontre Maderna
1948 : Suit les cours de Scherchen à Zurich
1955 : Epouse Nuria Schoenberg, fille d’Arnold
1960 : La création d’Intolleranza marque un engagement politique encore plus net
1968 : Refus de participer à la Biennale de Venise

Luigi Nono en 6 œuvres :
1950 : Variazioni canoniche sulla serie dell'op 41 di Arnold Schoenberg
1956 : Il canto sospeso
1960 : Intolleranza
1964 : La fabbrica illuminata
1980 : Fragmente-Stille, an Diotima
1984 : Prometeo

Fondazione Archivio Luigi Nono

Biographie de la Documentation Musicale de Radio France, avril 2015