Luigi Boccherini

Luigi Boccherini

Compositeur et violoncelliste italien (Lucques, 1743 – Madrid, 1805)

Luigi Boccherini, violoncelliste et compositeur, est l’un des premiers représentants de l’école italienne de violoncelle à joindre l’expressivité à la virtuosité instrumentale.

Boccherini est le fils du premier contrebassiste nommé soliste à la Capella Palatina, Léopold Boccherini. Tout comme ses frères et sœurs, il commence l’apprentissage du violoncelle dès l’âge de cinq ans avec son père. Il continue ses études avec Francesco Vanucci, maître de chapelle de la cathédrale San Martino. En 1757, le père et le fils sont engagés dans l’orchestre du Théâtre impérial de Vienne.

Avec Filipo Manfredi, Pietro Nardini et Giuseppe Cambini, Boccherini entreprend une tournée européenne. En France, il présente ses œuvres au Concert Spirituel et y rencontre François-JosephGossec et Pierre Gaviniès. A Madrid, au service de différentes cours – sous la protection de l’Infant Don Luis, de Frédéric-Guillaume II de Prusse, de la comtesse Maria Josefa de Benavente-Osuna - Boccherini compose la majorité de son œuvre de musique de chambre.

Violoncelliste virtuose, Boccherini a énormément contribué à l’essor de l’instrument en composant de nombreux quintettes pour violons, alto et deux violoncelles, des concertos ainsi que des sonates. Il poursuit l’exploration du jeu en doubles cordes initiée par ses prédécesseurs et ouvre de nouvelles perspectives tant dans la dynamique que dans les effets instrumentaux qui n’étaient alors utilisés que pour le violon. Il développe également la technique de l’instrument en utilisant la position du pouce afin d’en augmenter l’ambitus et emploie la clé de sol dans les partitions de violoncelle, réservée jusqu’ici au violon, permettant ainsi le déploiement du registre aigu de l’instrument.

Boccherini en 6 dates :

1765 : il rencontre Sammartini à Pavie et Crémone
20 mars 1768 : premier concert public à Paris aux Tuileries
1771 : il épouse Clémentina Pelicho
1787 : il se remarie avec Maria Porreti
1796 : il accepte de vendre certaines œuvres à l’éditeur Ignace Pleyel
1801 : rencontre de Bernhard Romberg

Boccherini en 5 œuvres :

1760 : op.1, six trios pour deux violons et violoncelle
1768 : Six sonates pour violon et piano, op.5
1771 : Six concertos pour grand orchestre op.12
1781 : Stabat Mater (révisé en 1800)
1799 : six quintettes avec piano op.57

Biographie de la documentation de Radio France