Lisette Oropesa

Lisette Oropesa

Chanteuse lyrique (1983, La Nouvelle-Orléans)

Du Carnegie Hall à l’Opéra de Paris en passant par le Covent Garden ou encore la Scala de Milan, la soprano lyrique colorature Lisette Oropesa rayonne de par le monde, après des débuts très remarqués au Metropolitan Opera de New-York.

Née en Louisiane à la Nouvelle-Orléans, de parents cubains, Lisette Oropesa commence par étudier la flûte traversière pendant douze ans avant d’intégrer la classe d’interprétation vocale à l’Université de Louisiane. Après avoir remporté les auditions du Metropolitan Opera National Council en 2005, elle déménage à New-York pour intégrer le programme de développement des jeunes artistes. Une fois diplômée, les grandes scènes d'opéra ne tardent pas à la réclamer. C’est ainsi qu’à tout juste vingt-deux ans, Lisette débute sa carrière au Metropolitan Opera, où elle interprète le rôle de Susanna, son premier grand rôle, dans Les noces de Figaro de Mozart, à la suite de quoi elle se produira pour plus de cent représentations à travers différents rôles, notamment Nannetta dans Falstaff, Gretel dans Hansel et Gretel, ou encore Gilda dans Rigoletto (son rôle le plus joué). Lisette Oropesa devient alors l'une des chanteuses les plus populaires de sa génération.

Acclamée sur les plus grandes scènes d’Europe (Paris, Londres, Madrid, Barcelone, Rome, Bruxelles, Lausanne…) et des Etats-Unis (San Francisco, Los Angeles, Philadelphie, Washington…), la chanteuse est reconnue pour son legato fluide, sa technique sans couture, son authenticité, la précision et l’intensité dramatique de son jeu. Outre le répertoire des opéras italiens, on lui dresse rapidement un portrait de mozartienne. Elle ne cache pas non plus ses affinités pour les compositeurs français.
Le triomphe de Lisette Oropesa est applaudi par l’incarnation de rôles pluriels. On la découvre au Royaume-Uni, à Glyndebourne dans l’opéra Don Pasquale, alors glissée dans la peau de Norina, ou encore au Royal Opera House de Covent Garden dans le personnage de Lucia. La chanteuse ne cesse de s'épanouir aux yeux de son public, se faisant remarquer avec distinction par l’interprétation des personnages d'Ophélie dans Hamlet, de Cléopâtre dans Giulio Cesare, de Leïla dans Les pêcheurs de perle, de Marie dans La Fille du Régiment, d’Amalia dans I Masnadieri ou encore de Violetta dans La Traviata. Au cours de la saison 2019/20, Lisette Oropesa fait son grand retour au Metropolitan Opera à travers deux rôles titres dans Manon, et La Traviata. Au printemps, elle brille sur scène, interprétant Lucia di Lammermoor à L’opéra de Bayreuth et La Traviata au Théâtre de Madrid. Tandis qu’à l’automne, elle apparaît à l’Opéra de Paris en tant qu’Adina dans L’Elisir d’Amour. En concert, elle est accompagnée d’orchestres prestigieux comme le Philadelphia Orchestra, le Chicago Symphony, le Cincinnati Symphony Orchestra, le Concertgebouw d’Amsterdam, sous la baguette de chefs renommés dont Riccardo Muti, Yannick Nézet-Séguin, Anthony Pappano, Daniele Gatti, Fabio Luisi, Ivor Bolton, William Christie et bien d'autres. On la retrouve à l’affiche du prestigieux Carnegie Hall, de l'Accademia Nazionale di Santa Cecilia à Rome, du Tanglewood Music Festival, de l'Opéra de Paris, etc.
Côté récitals, Lisette Oropesa sort deux albums intitulés « Within / Without » (2017) et « Aux filles du désert » (2018). Elle est à l’affiche de récitals en Suisse, au Brésil, aux Etats-Unis (New York, Washington, Los Angeles…), sans oublier sa ville natale la Nouvelle-Orléans. La carrière de la jeune chanteuse comprend également l'oratorio et le répertoire de concerts.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Autrefois moquée sur son surpoids, en plus de soucis de santé liés, Lisette Oropesa a dû recourir au sport et revoir son alimentation en suivant un régime sévère. Aujourd’hui vegan, marathonienne et bien dans sa peau, elle n’hésite pas à dénoncer, en femme libre et par la force de son caractère, le diktat de la beauté qui lui a valu des menaces dans les débuts de sa carrière.
Enfin, en 2019, elle reçoit le prix Richard Tucker, attribué à des artistes lyriques américains à l’orée d’une grande carrière internationale.

Lisette Oropesa en 6 dates :

2007 : à l’affiche du ‘Met’ dans le rôle de Suzanna (Mozart, Le mariage de Figaro), en remplacement de la chanteuse Isabel Bayrakdarian.

2008 : diplômée du programme des jeunes artistes au Metropolitan Opera.

2015 : débuts à l’Opéra de Paris dans le rôle de Konstanze (Mozart, L’Enlèvement au sérail).

2016 : premier récital solo à New-York au Park Avenue Armory.

2019 : obtient le prix Richard Tucker.

2020 : à l’affiche de l’Opéra de Paris dans la production du Barbier de Séville de Rossini.

Site officiel

Biographie de la Documentation Musicale de Radio France, janvier 2020.

En savoir plus