Kyung Wha Chung

Kyung Wha Chung

Violoniste sud-coréenne (1948 à Séoul)

Enfant prodige, Kyung Wha Chung a su émerger d’une fratrie de musiciens très doués, et construire une grande carrière de soliste internationale. Elle a ainsi été la violoniste asiatique en vogue au cours des années 70 et 80. Sa grande personnalité lui a permis un retour inespéré après un problème de santé.

Kyung Wha Chung grandit au sein d’une fratrie de sept enfants. Elle commence la musique très tôt, le piano d’abord, à quatre ans. Mais c’est le violon qui la révèle à l’âge de six ans comme une enfant prodige. Elle n’a que neuf ans lorsqu’elle interprète en concert le Concerto pour violon de Mendelssohn, avec l’Orchestre Philarmonique de Séoul. Cet évènement lance sa carrière en Corée. Sentant que le potentiel de cet enfant peut sortir des frontières, sa mère l’emmène aux Etat-Unis. En 1961, Kyung Wha Chung entre ainsi à la Julliard School dans la classe d’Ivan Galamian qui devient son mentor. Par la suite, elle étudiera en Europe auprès de Joseph Szigeti. En 1967, elle est lauréate du Concours Leventritt à New York, en même temps que Pinchas Zuckerman. Ce succès lui apporte des engagements notamment avec l’Orchestre Symphonique de Chicago et l’Orchestre Philharmonique de New York. Artiste déjà accomplie, elle n’hésite pas à remplacer au pied levé Nathan Milstein, contraint d’annuler un concert. En 1970, elle fait un nouveau remplacement, celui d’Itzahk Perlman. Cet évènement lui apporte l’opportunité d’une grande tournée européenne, au cours de laquelle elle interprète, au Royal Festival Hall, le Concerto pour violon de Tchaikovsky. Elle est accompagnée par l’Orchestre Symphonique de Londres placé sous la direction d’AndréPrevin. Les critiques élogieuses, au lendemain de ce concert, lui apportent de nombreux engagements au Royaume-Uni. Elle signe un contrat avec Decca et son premier enregistrement est déjà un grand succès : les Concertos pour violon de Sibelius et Tchaikovsky, toujours avec l’Orchestre Symphonique de Londres et André Previn. En 1988, elle signera aussi chez EMI. Au cours de ces années 1980, elle entame une carrière parallèle avec le Trio Chung, qu’elle forme avec son frère le pianiste (et alors futur chef d’orchestre), Myung Whung Chung, et sa sœur, la violoncelliste Myung Wha Chung. En 1982, ils donnent un récital très remarqué au Carnegie Hall. 

Sa carrière internationale définitivement lancée, Kyung Wha Chung se retrouve devant les plus grandes phalanges, tels l’Orchestre Philharmonique de Berlin, l’Orchestre Philharmonique de Vienne, les orchestres londoniens (le Symphonique, le Philharmonique, le Royal Philharmonic), les orchestres américains de Boston, New York et Chicago. Elle collabore avec les plus grands chefs : Claudio Abbado, Daniel Barenboim, Charles Dutoit, Bernhard Haitink, Georg Solti. Dans le domaine de la musique de chambre, elle s’associe avec de grands solistes, comme Peter Frankl, Stephen Kovacevich, Radu Lupu, Krystian Zimerman. En 1997, elle fête ses trente ans de carrière, lors d’un concert au Barbican Centre de Londres. Mais en 2005, un problème médical affecte l’index de sa main gauche et l’éloigne des salles de concerts. Elle se tourne alors vers l’enseignement à la Julliard School et à l’Université de Séoul. L’année 2010 marque son retour triomphal sur scène en Asie. En 2014, elle effectue une grande tournée tournée européenne culminant sur un exceptionnel concert à guichet fermé au Royal Festival Hall. Kyung Wha Chung a reçu de nombreuses distinctions. Citons surtout le Gramophone award qui a récompensé les Sonates pour violon de Richard Strauss et Ottorino Respighi, avec le pianiste Krystian Zimerman. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

KyungWha Chung en 6 dates : 

  • 1961 : entre à la Julliard School. 
  • 1967 : remporte le Concours Leventritt à New York. 
  • 1982 : premier concert du Trio Chung à Carnegie Hall. 
  • 1997 : fête ses 30 ans de carrière, au Barbican Centre. 
  • 2005 : éloignée des salles de concerts par un problème de santé. 
  • 2014 : dernière grande tournée européenne. 

KyungWhaChung en 6 enregistrements : 

  • Tchaikovsky et Sibelius, Concerto pour violon, André Previn, Decca, 1970. 
  • Prokofiev, Concertos pour violon n°1 et 2, André Previn, Decca, 1977. 
  • Lalo, Symphonie espagnole et Saint-Saëns, Concerto pour violon n°1, Charles Dutoit, Decca, 1981. 
  • Dvorak, Concerto pour violon, Riccardo Muti, EMI, 1989. 
  • Beethoven, Trios n°4 et 7, Trio Chung, DGG, 1992. 
  • Vivaldi, Les Quatre saisons, Orchestre de Saint Luke, EMI, 2001. 

Biographie de la Documentation Musicale de Radio France, Avril 2020. 

En savoir plus