Kurt Weill

Kurt Weill

compositeur allemand (Dessau, 1900 -New York 1950)

Kurt Weill marqua son temps par son irréductible désir de régénérer la musique, de l’ouvrir sur la société. Son contemporain, le compositeur Jean Wiener disait de lui: "Ce qui est unique et remarquable dans la musique de Weill est qu'il a su écrire une musique pour tout le monde... mais comme ne fait pas tout le monde... " C’est un des rares compositeurs à avoir consacré sa vie entière au théâtre musical.

Kurt Weill commence le piano À l’âge de 5 ans. En 1918, il débute des études de musique à l'École supérieure (Hochschule) de Berlin. En décembre 1920, Kurt Weill est admis dans la classe du compositeur et pianiste Busoni, à l’Académie des Arts de Berlin. Il devient rapidement l’un de ses plus brillants et radicaux élèves.
C’est en s’appuyant sur la revalorisation du rôle de la musique au théâtre, sur la notion de spiel (jeu) que Kurt Weill aborde ses projets d’opéras en 1925. Sa première collaboration opératique (L'Opéra de quat'sous) avec Bertolt Brecht en 1927 est déterminante pour son œuvre future. Engagé dans un idéal communiste, cette rencontre change sa façon d'écrire : il se trouve à mi-chemin entre le théâtre et l'opéra. Il se proclame vouloir être le « Verdi des pauvres ». il oriente son style expressionniste d’avant garde vers le réalisme. Il veut créer une nouvelle forme d’opéra qui soit le miroir de son temps (c’est d’ailleurs pourquoi sa musique emprunte au Jazz et au cabaret ). Cette époque est charnière pour le compositeur : il collabore avec la soprano autrichienne Lotte Lenya, qui devient vite sa muse et interprète privilégiée. Désormais inséparables, le duo se marie et forme une légende.
En 1933, les origines juives de Kurt Weill le force à s’enfuir en France. Durant cette période, il compose sur commande du Théâtre des Champs-Élysées et écrit la musique de Marie Galante, représentée au Théâtre de Paris en 1934.
En 1935, il part pour les États-Unis. Une de ses œuvres majeures est composée là bas : Der Weg des Verheissung/The Eternal Road. Kurt Weill connaît ensuite un grand succès à Broadway. En 1943, il obtiendra la nationalité américaine.
Les œuvres les plus remarquables de la dernière période créatrice de Weill sont Street Scene (synthèse entre l’opéra européen et de la comédie musicale américaine) ainsi que de la « tragédie musicale » Lost in the Stars. Ces deux œuvres lui permettent de réaliser un rêve : inventer l’opéra américain. Il meurt d’un infarctus le 3 avril 1950 à New York, au cours du travail sur une comédie musicale à l’âge de 50 ans.

Kurt Weill en 6 dates :

1918 : études de musique à la Hochschule de Berlin
1925 : Kurt Weill nommé « espoir » de la musique allemande.
1927 : première collaboration opératique (L'Opéra de quat'sous) avec Bertolt Brecht
1933 : l’œuvre de Kurt Weill est intégralement détruite en Allemagne. Il est considéré par les nazis comme « un bolchevique de la culture » et « un musicien dégénéré ».
1935 : Départ pour les États-Unis.

Kurt Weill en 5 œuvres :

1921 /1934 :
Symphonie n° 1 en un mouvement pour orchestre et Symphonie no 2 en trois mouvements pour orchestre ; crée par l'Orchestre royal du Concertgebouw sous la direction de Bruno Walter

1930 : opéra : Grandeur et décadence de la ville de Mahagony (Aufstieg und Fall der Stadt Mahagonny )/ livret de Bertolt Brecht

1933 : ballet chanté : Die sieben Todsünden (Les Sept péchés capitaux)/ livret de Bertolt Brecht

1941 : comédie musicale Lady in the Dark, livret Moss Hart et Ira Gershwin (film tourné en 1943)

1943 : comédie musicale One Touch of Venus, livret de S.J. Perelman et Ogden Nash (film tourné en 1948)