Jules Massenet

Jules Massenet

compositeur français (Montaud 1842 – Paris 1912)

Jules Massenet est un compositeur français de la deuxième moitié du XIXème siècle.

Il acquiert une grande popularité pour ses opéras (au nombre de 25), mais s’illustre aussi dans la musique orchestrale (suites symphoniques, ballets, musique de scène), pour piano, et pour voix (cantates, drames sacrés). Ses mélodies, nombreuses, firent beaucoup pour divulguer sa notoriété dans les salons parisiens de l’époque. Il a une influence sur plusieurs de ses contemporains, comme Leoncavallo, Pucci ni ou encore Debussy.

Massenet est initié au piano par sa mère, puis intègre très jeune le Conservatoire de Paris. Son professeur de composition, Ambroise Thomas, devient par la suite son protecteur et accélère sa carrière. La progression de Massenet est rapide : après avoir obtenu deux premiers prix (piano et fugue ), il remporte en 1863 le prestigieux Grand Prix de Rome avec sa cantate David Rizzio, puis séjourne à la villa Médicis où il a l’occasion de composer de nombreuses œuvres (Suite pour orchestre, Requiem). En 1867, il crée un premier opéra à Paris, La Grand’ Tante, puis connaît le succès avec la suite symphonique Pompéïa, l’oratorio Marie-Madeleine, et deux opéras (Don Césarde Bahan et Le roi de Lahore ), ce qui lui vaudra d’être nommé professeur de composition au Conservatoire de Paris deux ans plus tard, fonction qu’il occupe jusqu’en 1896. On compte parmi ses élèves Reynaldo Hayn, Charles Koechlin, Gabriel Pierné, Florent Schmitt. Les opéras les plus appréciés de Massenet voient le jour dans la décennie 1880 : Manon, Hérodiade, Le Cid, Le Jongleur de Notre-Dame, Werther. Au début du XXème siècle, ce sont les opéras Thaïs (créé en 1894) et Don Quichotte qui enthousiasment le public.

Le style très français de Massenet le rapproche de Charles Gounod, avec qui il a en commun un goût prononcé pour les sujets religieux et un sens naturel de la mélodie. Ces deux compositeurs ont une importance décisive pour l’évolution et le rayonnement de l’opéra français.

Massenet en six dates :

1859 : premier prix de piano, puis de contrepoint.
1863 : Grand Prix de Rome, pour sa cantate David Rizzio.
1872 : premier grand succès de Massenet, l’opéra Don César de Bazan (première version).
1878 : professeur de composition au Conservatoire de Paris.
• 1900 : musique de scène pour Phèdre de Racine au théâtre de l’Odéon.
1912 : publication de son autobiographie, Mes souvenirs.

Massenet en six œuvres :

• 1873 : Marie-Magdeleine, drame sacré en 3 actes et 4 tableaux, sur un livret de Louis Gallet ; créé en version oratorio à Paris, puis repris en version drame lyrique en 1894 à Tournai.
• 1881 : Hérodiade, opéra en 4 actes et 7 tableaux sur un livret de Paul Milliet et Henri Grémont, d’après un des Trois Contes de Flaubert ; créé à bruxelles.
1884 : Manon, opéra en 5 actes sur un livret de Henri Meilhac et Philippe Gille, d’après le roman de l’abbé Prévost ; créé à l’Opéra-comique (Paris).
1892 : Werther, drame lyrique en 4 actes et 5 tableaux sur un livret d'Édouard Blau, Paul Milliet et Georges Hartmann, d'après le roman de Goethe Les Souffrances du jeune Werther ; créé à Vienne ; repris en français (langue originale) à Genève puis à Paris (1893).
1894 : Thaïs, opéra en 3 actes sur un livret de Louis Gallet, d’après le roman d’Anatole France ; créé à l’Opéra de Paris.
• 1910 : Don Quichotte, opéra (comédie héroïque) en 5 actes sur un livret d’Henri Cain ; créé à Monte-Carlo