Josephine Baker

Josephine Baker

Chanteuse, danseuse, actrice et résistante française d'origine américaine ( Saint-Louis, 1906 - Paris, 1975 )

Personnage éminemment romanesque qui traversa le XXe siècle, résistante et militante de la première heure dans la lutte pour les droits civiques, Josephine Baker a marqué de son empreinte non seulement le monde du spectacle, mais aussi toute son époque.

Freda Josephine Mc Donald, alias Josephine Baker, est née dans la misère : d’origine métissée afro-américaine et amérindienne, elle doit très tôt aider à subvenir aux besoins de sa famille nombreuse, et alterne entre l’école et les travaux domestiques. En parallèle, elle s’initie à la danse et rejoint en 1920 un trio d’artistes de rue, le Jones Family Band.

A l’âge de seulement treize ans, Joséphine est déjà mariée ; deux mariages qui ne durent pas dont un avec Willie Baker, dont elle conservera le nom, alors qu'en même temps elle gagne sa vie en dansant. D'abord au Standard Theater, puis à New York, à Broadway, où elle participe à plusieurs spectacles. En 1925, Joséphine Baker rencontre Caroline Dudley Reagan, épouse de l’attaché commercial de l’ambassade américaine, qui lui propose de participer à la Revue nègre, spectacle joué en France. Joséphine accepte et embarque pour Paris. Elle se produit au Théâtre des Champs-Elysées vêtue d’un pagne de bananes au sein d’un spectacle condescendant envers les Noirs qui rencontre un succès immédiat. S'en suit la revue aux Folies Bergères et ses débuts dans la chanson et le cinéma. Sa célèbre chanson « J’ai deux amours » rencontre le succès. Elle inspire les artistes de son époque, parmi lesquels Ernest Hemingway, F. Scott Fitzgerald, Pablo Picasso et Christian Dior. En 1934, elle chante l’opéra de Jacques Offenbach La créole et, à cette occasion, travaille sur sa voix et progresse considérablement en chant. Lors d'une tournée aux Etats-Unis, elle subit le feu des critiques et décide de rentrer en France. En 1937, elle épouse Jean Lion et acquiert la nationalité française.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

En 1939, lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, Joséphine Baker est recrutée par le Deuxième Bureau, service de renseignements de l’armée française. Son travail lui permet en effet de se déplacer fréquemment et de transmettre des informations sans attirer l’attention. Elle continue à chanter pour les soldats français, britanniques et américains ainsi que pour les résistants sur le front. Après la guerre, ses activités lui valent la croix de guerre, la Médaille de la résistance et la Légion d’honneur des mains du Général de Gaulle.

En 1947, Joséphine Baker épouse Jo Bouillon et achète avec lui le domaine des Milandes en Dordogne. Elle y constitue sa « tribu arc-en-ciel » en adoptant douze enfants de toutes origines pour prouver que des enfants de différentes religions et de différentes ethnicités peuvent être frères et sœurs.  

Dans les années 1950, elle rejoint le Mouvement afro-américain des droits civiques en dénonçant  le racisme et la ségrégation aux Etats-Unis. Elle affiche son soutien à Martin Luther King et aux activistes Rosa Parks et Daisy Bates. Jusqu'en 1975, l'année où elle meurt d'une attaque cérébrale, Josephine Baker continue à se produire de part du monde, son dernier spectacle étant une rétrospective de sa carrière, « Joséphine à Bobino ».

Josephine Baker en six dates

  • 1925 La Revue nègre
  • 1927 après une tournée en Europe, elle mène la revue aux Folies Bergères
  • 1939 recrutée par les services de renseignements français
  • 1947 s'installe au domaine des Milandes avec sa tribu arc-en-ciel
  • 1963 elle intervient aux cotés de Martin Luther King lors de la Marche vers Washington pour le travail et la liberté 
  • 1975 dernier spectacle « Joséphine à Bobino ».
En savoir plus