Joseph Bodin de Boismortier

Joseph Bodin de Boismortier

Compositeur et flûtiste (Thionville, 1689-1755)

On doit à Joseph Bodin de Boismortier d’avoir formé, avec François Devienne, une école française de flûte de par la qualité et la quantité des œuvres qui lui sont dédiées, contribuant à la popularisation et au développement technique de l’instrument. Il puise son inspiration et son style musical par-delà les frontières, et malgré l’utilisation de mouvement de danses typiquement français, il se rapproche souvent de Telemann.

Joseph Bodin de Boismortier est le fils de Michel Bodin, ancien militaire reconverti dans la confiserie. La famille s’installe dès 1700 à Metz, et Joseph commence l’apprentissage de la musique auprès de Joseph Valette de Montigny. Celui-ci lui apprend le chant et la flûte, qui est en train de devenir un instrument très en vogue.

En 1713, Boismortier quitte le giron familial pour Perpignan où son ami, le vicomte d’Andrezel, lui a trouvé la charge de receveur de la Régie Royale des Tabacs pour les troupes du Roussillon. En 1724, il se rend à Paris. Ne souhaitant pas occuper de poste officiel dans une cour ou une chapelle, Boismortier compte parmi les premiers à vouloir vivre de ses compositions.

Même si la majeure partie de son œuvre est dédiée à la flûte traversière, Boismortier ne néglige pas pour autant les autres instruments : sonates pour basses, suites pour clavecin, sonates et suites pour musette et vièle, sonates en quatuor, œuvres pour hautbois et flûte à bec. Ses pièces, très appréciées du public parisien, lui permettent d’intégrer les salons les plus réputés ainsi que l’Opéra et le Concert Spirituel. Il compose d’ailleurs trois opéras-ballets ainsi qu’un certain nombre de cantates.

Joseph Bodin de Boismortier en 6 dates :

1720 : se marie avec Marie Valette, nièce de Montigny
1722 : naissance de Suzanne Bodin de Boismortier, femme de lettres
1724 : se rend à Paris à la conquête d’un nouveau public, l’amateur de musique de salon
1738 : reçoit le privilège d’édition, et donc de publier ses œuvres jusqu’en 1750.
1752 : participe à la parution de deux œuvres de son collègue Naudot
1755 : meurt dans sa propriété de La Gâtinellerie, à Roissy-en-Brie

Joseph Bodin de Boismortier en 6 œuvres :

1724 : Le printemps, cantate
1727 : Duos pour 2 flûtes, op. 2
1736 : Les Voyages de l’Amour, opéra-ballet
1740 : Le buveur dompté, cantate
1743 : Don Quichotte chez la duchesse, opéra ballet
1747 : Daphnis et Chloé, pastorale

Biographie de la documentation de Radio France, novembre 2013