Jérôme Corréas

Jérôme Corréas

Chef d'orchestre, claveciniste et baryton-basse français (Les Lilas, 1966)

Doté d’une voix au timbre rare et d’une diction claire, Jérôme Corréas excelle dans l’art subtil du chant baroque français qu’il défend sur les grandes scènes internationales. Devenu chef, il entraîne avec la même énergie les chanteurs depuis la fosse d’orchestre.

Jérôme Corréas débute dès l’âge de cinq ans l’étude du piano, avant de se découvrir une passion pour le clavecin et le répertoire ancien. Il devient alors l’élève du pionnier de la musique ancienne Antoine Geoffroy-Dechaume, qui lui enseigne les différentes facettes de la pratique du clavecin : basse continue, improvisation… Jérôme Corréas s’intéresse alors au chant, ce qui le conduit à être admis au CNSM de Paris dans la classe d’Art Lyrique de Xavier Depraz et dans celle de chant baroque de William Christie. Il y obtient ses premiers prix, adjoins de deux licences en histoire et en histoire de l’art à la Sorbonne. Jérôme Corréas tente ainsi de s’approcher de l’idéal de l’artiste complet tel qu’on le rencontre au 18e siècle : instrumentiste, chanteur, lettré…
Il est invité par William Christie à chanter au sein des Arts Florissants dans The Fairy Queen de Purcell, ce qui lance sa carrière de chanteur professionnel. Il devient alors membre de cet ensemble de 1989 à 1993, ce qui lui permet d’approfondir sa connaissance du répertoire baroque français dans lequel sa diction naturellement claire et son vibrato maîtrisé sont particulièrement mis en valeur (Atys de Lully, Castor & Pollux, Les Indes galantes de Rameau ). Sur les conseils de Régine Crespin, il parachève sa formation à l’école de chant de l’Opéra de Paris de 1991 à 1993. Il explore alors un vaste répertoire allant de l’opéra baroque à la mélodie française impressionniste, et se produit internationalement en compagnie de grands chefs d’orchestre tels que Sigiswald Kuijken, Michel Corboz, Marek Janowski, ou de pianistes de premier plan comme Jean-Claude Pennetier, Marie-Josèphe Jude, Philippe Bianconi
Une recherche poussée sur l’art du parlé-chanté, qui a vu le jour avec l’avènement de l’opéra, le conduit à aller plus loin dans ses expérimentations musicales et à fonder son propre ensemble, spécialisé dans la restitution des ouvrages lyriques français et italiens des 17e et 18e siècles : Les Paladins naissent en 2001 et sont bientôt applaudis dans des productions où les œuvres de Monteverdi, Purcell ou Rameau sont mises en valeur par le théâtre, la danse, voire l’art de la marionnette. Progressivement, Jérôme Corréas délaisse le chant pour se consacrer exclusivement à la direction de son ensemble depuis le clavecin, ou en tant que chef invité dans des productions de musique baroque en Israël ou à St Pétersbourg. Il anime de surcroît une classe d’étude du style vocal au CRR de Toulouse.

Jérôme Corréas en 6 dates :
1986 : licences d’histoire et d’histoire de l’art à la Sorbonne
1989 : devient membre des Arts Florissants
1991 : entre à l’Ecole d’Art Lyrique de l’Opéra de Paris
2001 : fonde l’ensemble Les Paladins
2006 : sortie d’un enregistrement consacré à L’Ormindo de Cavalli avec Sandrine Piau
2011 : est fait chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres

Site officiel :
http://www.lespaladins.com/jcorreas.php

Biographie de la Documentation Musicale de Radio France, novembre 2014

En savoir plus