Jean-Claude Casadesus

Jean-Claude Casadesus

Chef d'orchestre français (07-12-1935)

Issu d’une grande famille d’artistes musiciens et comédiens, Jean-Claude Casadesus est un grand chef d’orchestre français.

Son arrière-grand-père, Luis Casadesus est un comptable d’origine catalane et un grand amateur de musique, lui-même guitariste. Son grand-père, Henri Casadesus, est un compositeur, chef d’orchestre et violiste. Sa mère, Gisèle Casadesus, est une grande comédienne. C’est dans cet environnement artistique au pied de la butte Montmartre, dans le 9ème arrondissement de Paris, que Jean-Claude Casadesus fait ses premiers apprentissages au violon puis un peu plus tard au piano. A l’âge de 12-13 ans, il découvre l’univers de la musique symphonique en écoutant aux Concerts Colonne des œuvres de Wagner sous la direction du chef d'orchestre Georges Sébastian. Comme il le dit lui-même : « c’est Wagner qui a décidé que je serai chef d’orchestre ». Le piano ne le quitte plus et il se met à la composition. A 18 ans, sur les conseils de son cousin et pianiste Robert Casadesus, il étudie la percussion « instrument de la modernité », et plus précisément la timbale  décrit comme « un second bras séculier de l’orchestre face au chef d’orchestre qui peut stabiliser ou déstabiliser un orchestre » (Cf.Grands Entretiens par Lionel Esparza). Il intègre la classe de percussion de Félix Passerone (fondateur de l’école française de percussion en 1947) et quitte le conservatoire au bout de quatre années d’étude. Il est alors de suite engagé aux Concerts Colonne. 

Dans les années 1960, Jean-Claude Casadesus est engagé par des théâtres comme l’Alhambra ou l’Olympia pour accompagner des grandes stars de la chanson française : Léo Ferré, Jacques Brel, Charles Aznavour ou Gilbert Bécaud. Il participe également en tant que percussionniste à la première télévision de Johnny Hallyday aux Buttes Chaumont. Son désir de direction d’orchestre le rattrape et il intègre la classe de direction de Pierre Dervaux pendant deux ans puis suit l’enseignement de Pierre Boulez. Il obtient son prix de direction en 1965 et est engagé comme directeur musical au Châtelet par Maurice Lehmann de 1965 à 1968 tout en restant timbalier des Concerts Colonne. De 1971 à 1976, il prend avec Pierre Dervaux la co-direction de l’Orchestre des Pays de la Loire à Nantes créé sous l’égide de Marcel Landowski pour redynamiser la musique en région.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

En 1976, il fonde l’Orchestre National de Lille qu’il dirige jusqu’en 2016 et avec lequel il promeut à travers le monde la musique classique. Il est à l’époque le premier orchestre financé à moitié par la Région et par l’Etat. Il enregistre avec cette formation une trentaine de disques. 

Animé d’une volonté de transmission, il occupe le poste de directeur musical de l’Orchestre français des Jeunes. En 2015, il dirige les Victoires de la Musique Classiques en direct de l’auditorium du Nouveau Siècle à Lille. 

Jean-Claude Casadesus a reçu de nombreuses distinctions : Commandeur de la Légion d’honneur, Grand Officier de l’ordre national du  Mérite, Commandeur des Arts et Lettres, Commandeur de l’ordre  d’Orange-Nassau, Officier de l’ordre  de Léopold de Belgique, Chevalier  des Palmes académiques.

Jean-Claude Casadesus en 6 dates : 

  • 1959 : Prix de percussion au Conservatoire national Supérieur de Musique de Paris
  • 1971 : co-direction de l’Orchestre des Pays de la Loire
  • 1976 : création de l’Orchestre national de Lille
  • 1977 : Grand Prix de l’Académie du Disque avec la Première Symphonie d’Henri Dutileux enregistré la même année
  • 2001 : il préside Musique Nouvelle en Liberté.
  • 2004 : à l’occasion de Lille 2004 capitale Européenne de la Culture, Jean-Claude Casadesus créé Lille Piano(s) Festival dont il est depuis l’origine le directeur artistique. 

Biographie de la bibliothèque musicale de Radio France (décembre 2020)

En savoir plus