Jascha Heifetz

Jascha Heifetz

Violoniste russe naturalisé américain (Vilnius,1901 – Los Angeles, 1987)

Enfant prodige d’une exceptionnelle précocité, Jascha Heifetz est rapidement devenu un maître incontesté du violon. Son caractère dur et austère et son exigence légendaire – à hauteur de celle qu’il s’imposait lui-même – ont marqué ceux qui l’ont approché. Il est l’ainé de toute une génération de jeunes prodiges du violon qui compte Nathan Milstein, David Oistrakh, et Yehudi Menuhin.

Iossif Robimovitch Heifetz commence le violon à l’âge de trois ans avec son père Ruben. Deux ans plus tard, il entre à l’Académie Royale de Musique de Vilnius. Il fait sa première apparition en public en 1906 lors d’un récital d’élèves, puis donne son premier concert en 1909 à Kaunas. L’année suivante, il est admis au Conservatoire de St Petersbourg, puis intègre la classe du grand professeur Leopold Auer* en 1911. La même année, il donne un concert à Odessa. Le succès est tel que la police doit le protéger de l’enthousiasme du public, car il n’a que dix ans ! Il fait ses débuts à Berlin en 1912, d’abord lors d’un concert privé devant la presse et des artistes. Dans la foulée, *Arthur Nikisch lui propose de remplacer au pied levé Pablo Casals pour interpréter le Concerto pour violon de Tchaikovski, œuvre qu’il n’a pas encore jouée en public. Le concert est un triomphe. Sa carrière d’enfant prodige doit l’emmener aux Etats-Unis en 1914, mais le voyage est annulé à cause de la Première Guerre Mondiale.

C’est la Révolution Russe de 1917 qui va finalement provoquer ce déplacement. La famille Heifetz décide de s’exiler et arrive aux Etats-Unis au terme d’un long périple à travers la Sibérie, le Japon et l’Océan Pacifique. Le 27 octobre 1917, Jascha Heifetz fait des débuts historiques au Carnegie Hall devant un parterre d’artistes comprenant Fritz Kreisler, Mischa Elman, Leopold Godowsky. Deux semaines après ce récital, il réalise son premier enregistrement pour la maison de disques Victor Talking Machine Company (qui deviendra RCA ), entamant une collaboration de plus de 50 ans avec la célèbre firme américaine. Il n’enregistrera que ponctuellement chez EMI et Decca. Après deux années de tournées américaines, il entame la nouvelle décennie par des débuts triomphants à Londres, le 5 mai 1920, puis enchaîne des tournées mondiales, en Australie, en Asie, au Proche-Orient. Sa naturalisation américaine est effective en 1925 et lui permettra, entre autres, de faire en 1934 un retour attendu dans la Russie qu’il a fuie et qui est devenue entretemps l’URSS. En 1953, lors d’une tournée à Jérusalem, il est agressé physiquement par un extrémiste qui lui reproche de jouer du Richard Strauss, compositeur soupçonné de sympathies avec les nazis. Jascha Heifetz, bien que d’origine juive, refuse de céder à des considérations politiques et maintient les programmes qu’il a conçus. En 1958, il entame une carrière d’enseignant à Los Angeles en Californie. Sa carrière prend un tournant. Le rythme des concerts ralentit au cours des années 1960. Toutefois, en 1971, il vient en France pour donner un concert – qui est filmé – avec l’Orchestre National. Il y interprète la Fantaisie écossaise de Bruch tout en dirigeant l’orchestre. 1972 voit sa dernière prestation publique, à Los Angeles.

A partir de là, Jascha Heifetz se consacre entièrement à l’enseignement et à la musique de chambre qu’il affectionne depuis longtemps. Il avait fondé un trio à cordes au début des années 1930, avec le violoncelliste Emmanuel Feuermann et l’altiste William Primrose. Puis, au cours des années 1940, il crée un trio avec piano, avec Arthur Rubinstein et le violoncelliste Gregor Piatigorsky. Cette formation sera surnommée par la presse, le « Million Dollar Trio ». Jascha Heifetz a toujours été proche des compositeurs, ceux qu’il a rencontrés comme Chostakovitch, Stravinsky, Schoenberg, et ceux avec lesquels il a développé une véritable amitié comme Glazounov,Prokofiev ou Gershwin. Il est le dédicataire des concertos de Walton, Castelnuovo-Tedesco* et *Korngold. Il a participé à l’effort de guerre américain lors des deux conflits mondiaux, en récoltant des fonds. Il s’est aussi régulièrement produit lors de concerts caritatifs, notamment en France, ce qui lui a apporté le titre d’Officier de la Légion d’Honneur en 1939. Il possédait plusieurs violons prestigieux : un Tononi du XVIIIème, le David * de _Guarnerius, et troisStradivarius, le *Piel_, le Dolphin, et le Hochstein. Il a été marié deux fois, d’abord avec Florence Vidor en 1925, le fille du cinéaste King Vidor, puis avec Frances Spiegelberg en 1947.

Site officiel

Jascha Heifetz en 6 dates :
1909 : premier concert à Kaunas
1911 : admis dans la classe de Leopold Auer
1917 : débuts historiques au Carnegie Hall de New York
1920 : premier concert public à Londres
1939 : Officier de la Légion d’Honneur
1971 : concert filmé à Paris avec l’Orchestre National

Biographie de Documentation de Radio France, avril 2016

En savoir plus