James Conlon

James Conlon

Chef d’orchestre américain (1950 à New York)

A 21 ans, James Conlon aurait pu démarrer sa carrière en jeune prodige. Il a préféré miser sur la patience et le travail. Il a aujourd’hui à son actif plus de 350 représentations de plus de 50 opéras de 20 compositeurs différents, et ce, sur les plus grandes scènes lyriques du monde !

James Conlon  découvre l’opéra à l’âge de 11 ans. C’est un véritable choc qui fait naître en lui la passion et l’ambition de devenir chef d’orchestre. De  1968 à 1972, il étudie à la prestigieuse Julliard School de New York. Durant ce cursus, en 1971, il est invité comme chef  assistant au Festival de Spolète, en Italie, pour y préparer les  représentations de Boris Godounov de Moussorgsky. La  tradition voulant que c'est le chef assistant qui dirige la dernière  représentation, il se retrouve à la baguette, en public, pour la  première fois. L’année suivante, la Julliard School monte La Bohème de Puccini sous la direction de Thomas Schippers. Mais ce dernier tombe malade. Les musiciens étudiants réclament James Conlon en remplacement. Maria Callas,  qui est venue donner des master classes, assiste à une de ses répétitions, et  valide ce choix dans la foulée. La première est un triomphe. Ce succès  peut déjà lancer le jeune chef. Mais il préfère terminer son cycle d’études à la Julliard School et obtenir son diplôme ! 

En 1974, James Conlon fait ses débuts symphoniques avec l’Orchestre Philharmonique de New York. Puis, en dirigeant Flûte enchantée de Mozart au Metropolitan Opera  de New York, il y entame une collaboration qui durera  plusieurs décennies, avec, à la clé, plus de 270 représentations. En  1979, il est nommé directeur musical du Cincinnati May Festival. La même  année, il est appelé par les plus grands orchestres américains,  Cleveland, Chicago, Boston, et aussi l’Opéra Royal de Covent Garden à Londres. En 1982, il fait ses débuts à l’Opéra de Paris avec Il Tabarro de Puccini et Paillasse de  Leoncavallo, et reviendra régulièrement se produire dans la capitale.  L’année suivante, il prend la direction de l’Orchestre Philharmonique de  Rotterdam. Puis, en 1989, il s’installe à Cologne où il prend la tête de l’Opéra et de l’Orchestre Güzenich. 

James Conlon entretient de très bonnes relations avec les orchestres parisiens. Il vient régulièrement diriger l’Orchestre National et  l’Orchestre de Paris. En 1995, il devient chef permanent de l’Opéra de  Paris, pour une durée de 9 ans. En 1998, il crée l’évènement en y  donnant Der Zwerg (Le Nain) de Zemlinsky, associé au cours de la même soirée, avec L’Enfant et les sortilèges  de Ravel. L’année suivante, il reçoit d’ailleurs le Prix Zemlinsky pour  ses efforts à promouvoir ce compositeur. En 2002, déjà Commandeur de  l’Ordre des Arts et des Lettres, il reçoit la Légion d’Honneur.  En 2006, il est nommé directeur musical de l’Opéra de Los Angeles,  puis, en 2016, chef principal de l’Orchestre Symphonique de la RAI de  Turin. 

JamsConlon en 6 dates 

  • 1971 :Boris Godounov de Moussorgsky à Spolète 
  • 1972 :La Bohème de Puccini à la Julliard School 
  • 1989 : nommé à la tête des 2 orchestres de Cologne, l’Opéra et le Güzenich 
  • 1995 : chef permanent de l’Orchestre de l’Opéra de Paris 
  • 2006 : directeur musical de l’Opéra de Los Angeles 
  • 2016 : chef principal de l’Orchestre Symphonique de la RAI de Turin 

James Conlon en 6 enregistrements 

  • Symphonie fantastique de Berlioz, Orchestre National, Erato, 1984  
  • La Bohème de Puccini, avec Barbara Hendricks, Orchestre National et Chœur de Radio France, Erato, 1988 
  • Madame Butterfly de Puccini, film de Frédéric Mitterrand, Orchestre de Paris et Chœur de Radio France, Sony, 1995 
  • Der Zwerg (Le Nain) de Zemlinsky, Orchestre du Gurzenich de Cologne, EMI, 1996  
  • Le Rossignol et Renard de Stravinsky, Orchestre de l’Opéra de Paris, EMI, 1999  
  • Œuvres symphoniques d’Alexandre von Zemlinsky, Orchestre du Gurzenich de Cologne, EMI, 2002 

Biographie de la Documentation de Radio France, février 2020

En savoir plus