Jacqueline Du Pré

Jacqueline Du Pré

Violoncelliste anglaise (1945, Oxford – 1987, Londres)

Surnommée « la Ginette Neveu du violoncelle » par Paul Tortelier, Jacqueline Du Pré a connu une éblouissante carrière, brisée à seulement 27 ans par la maladie.

Jacqueline Du Pré étudie le violoncelle à la Guildhall School of Music de Londres avec William Pleeth, puis à Paris avec Paul Tortelier, en Suisse avec Pablo Casals et à Moscou avec Mstislav Rostropovitch. Sa carrière débute véritablement en 1961 au Wigmore Hall de Londres où elle joue un Stradivarius de 1673 qu’un admirateur anonyme lui a offert trois semaines auparavant. Durant les années qui suivent, elle se produit notamment aux côtés du B.B.C. Symphony Orchestra et sous la baguette de Sir Malcolm Sargent puis sur les plus grandes scènes internationales. En musique de chambre, Jacqueline Du Pré joue avec le violoniste Pinchas Zucherman et le pianiste Daniel Barenboim qu’elle épousera en 1967 après s’être convertie au judaïsme. Avec lui, elle enregistre les sonates, variations et trios de Beethoven ainsi que les sonates de Brahms. À cette époque, elle grave également au disque deux concertos de Haydn ainsi que celui d'Elgar, sous les baguettes respectives de son mari Daniel Barenboim et de sir John Barbirolli. Pour l’enregistrement sous la direction de ce dernier, elle joue sur un Stradivarius - le Davidov de 1712 – offert par une admiratrice. Elle lèguera cet instrument au violoncelliste Yo-Yo Ma.
A seulement vingt-sept ans, une incurable sclérose en plaques la contraint à mettre un terme définitif à sa vie de concertiste. Elle se consacre dès lors à l'enseignement et ne réapparaîtra plus en public. Elle s’éteint à Londres le 19 octobre 1987.

Jacqueline Du Pré en 6 dates :

1962 : Interprète le Concerto d’Elgar au Royal Festival Hall.

1967 : Mariage avec le pianiste Daniel Barenboïm.

1968 : Crée Romance pour violoncelle et piano d’Alexander Goehr, une pièce dont elle est le dédicataire.

1971 : Met fin à sa carrière de concertiste et se consacre à l’enseignement.

1976 : Décorée de l'ordre de l'Empire britannique

1980 : Obtient l'oscar britannique du musicien de l'année.

Biographie de la Documentation Musicale de Radio France, juillet 2014

En savoir plus