Ivo Pogorelich

Ivo Pogorelich

Pianiste croate (1958)

Après s’être tu pendant de longues années, le pianiste Ivo Pogorelich revient sur scène. Il réjouit son public par sa technique impétueuse et son jeu intense qui, alliés à une grande sensibilité, en font un des pianistes les plus passionnants de son temps.

Fils d’un contrebassiste, Ivo Pogorelich commence le piano à 7 ans puis poursuit ses études de piano au Conservatoire Tchaïkovsky à Moscou ; à 17 ans, il commence à étudier avec la pianiste Aliza Kezeradze, qui lui transmet l’esprit de l’école de Beethoven et de Liszt. Il l’épouse en 1980, bien qu’elle ait plus de vingt ans de plus que lui. La même année, son interprétation au Concours Chopin de Varsovie suscite de fortes controverses et provoque la démission de Martha Argerich, alors membre du jury. Grâce à cette démission fracassante et médiatisée, sa carrière décolle et la Deutsche Grammophon lui ouvre ses portes. Ivo Pogorelich mène alors une carrière internationale, et joue un répertoire éclectique allant de Scarlatti jusqu’aux compositeurs du 20ème siècle ; de 1981 à 1995, sa discographie, stylistiquement variée, laisse entendre des interprétations personnelles souvent discutées.
En 1996, son épouse meurt d’un cancer et Ivo Pogorelich se retire du monde, des concerts et des enregistrements.
Revenu à la scène depuis quelques années, il joue un répertoire mûrement réfléchi, qu’il travaille dans une démarche analytique et quasi mystique. Sa virtuosité intacte, il radicalise son interprétation en cherchant de nouvelles pépites sonores à travers un ralentissement des tempi des œuvres qu’il aborde. Ces lenteurs confèrent un caractère plus sombre et invitent davantage au recueillement et à la méditation lors de ces concerts. Pogorelich essaie ainsi de se rapprocher au plus près des intentions premières de chaque compositeur.
De telles interprétations peuvent susciter parfois l’incompréhension, les critiques et le rejet par certains, mais ces relectures sont inoubliables grâce à une intelligence musicale exceptionnelle.
Parallèlement à ses activités pianistiques, Ivo Pogorelich s’est engagé socialement en créant différentes fondations, aussi bien pour favoriser le lancement de la carrière de jeunes pianistes que pour financer la construction d’une maternité à Sarajevo ou encore aider la recherche pour soigner certaines pathologies.

Ivo Pogorelich en 6 dates :

1978 : 1er prix au Concours Alessandro Casagrande à Terni (Italie)
1981 : 1er concert au Carnegie Hall de New York
1988 : nommé ambassadeur de l’UNESCO
1993 : fonde un concours international avec l’Ambassador Foundation de Pasadena (Californie) dont la mission est de promouvoir de jeunes musiciens
• 1996 : mort de son épouse Aliza Kezeraze
• 2015 : Deutsche Grammophon édite une intégrale de ses enregistrements, récompensée par un Diapason d’or.

Site : Ivo Pogorelich

Biographie de la Documentation de Radio France

En savoir plus