Henri Duparc

Henri Duparc

Compositeur français (Paris, 1848 – Mont-de-Marsan, 1933)

Henri Duparc est un compositeur français de la deuxième moitié du XIXème siècle. Il est connu pour ses mélodies, peu nombreuses mais célèbres grâce à une progression harmonique lumineuse et un lyrisme délicat et expressif.

Il étudie le piano et la composition avec [César Franck ](http://Il étudie le piano et la composition avec César Franck. Après avoir composé une sonate pour piano et violoncelle, il publie cinq mélodies en 1868, puis des pièces pour piano l’année suivante. Il fait la rencontre de Vincent d’Indy et d’Alexis de Castillon. Après la guerre contre la Prusse de 1870, Duparc organise des rencontres musicales chez lui, où se réunissent notamment Gabriel Fauré, Ernest Chausson, Alexis de Castillon, Camille Saint-Saëns, Emmanuel Chabrier. De cette émulation artistique naît la Société Nationale de Musique, fondée par Saint-Saëns, et dont Duparc est le secrétaire. C’est dans les années 1870 que la production de Duparc est la plus dense ; il écrit d’autres mélodies ainsi que quelques pièces pour orchestre (Suite d’Orchestre, Poème Nocturne, Suite de danses), puis fonde en 1878 les Concerts de Musique Moderne dont le but est de promouvoir les compositeurs contemporains. Atteint de paralysie, il s’arrête de composer à trente-huit ans et s’isole dans la foi jusqu’à sa mort. Duparc en six dates • 1864 : première œuvre imprimée (mais non publiée), Six rêveries pour piano • 1871 : création par Camille Saint-Saëns de la Société Nationale de Musique, dont il est secrétaire • 1873-74 : compositions orchestrales (perdues) • 1878 : création des « Concerts de musique moderne », qu’il codirige avec Vincent d’Indy • 1883 et 1886 : voyages à Bayreuth • 1906 : pèlerinage à Lourdes marquant le début de la dévotion religieuse de Duparc Duparc en six mélodies • L’invitation au voyage (Charles Baudelaire) • Chanson triste (Jean Lahor) • Extase (Jean Lahor) • Lamento (Théophile Gautier) • Phidylé (Leconte de Lisle) • Soupir (Sully-Prudhomme)). Après avoir composé une sonate pour piano et violoncelle, il publie cinq mélodies en 1868, puis des pièces pour piano l’année suivante. Il fait la rencontre de Vincent d’Indy et d’Alexis de Castillon. Après la guerre contre la Prusse de 1870, Duparc organise des rencontres musicales chez lui, où se réunissent notamment Gabriel Fauré, Ernest Chausson, Alexis de Castillon, Camille Saint-Saëns,Emmanuel Chabrier. De cette émulation artistique naît la Société Nationale de Musique, fondée par Saint-Saëns, et dont Duparc est le secrétaire. C’est dans les années 1870 que la production de Duparc est la plus dense ; il écrit d’autres mélodies ainsi que quelques pièces pour orchestre (Suite d’Orchestre, Poème Nocturne, Suite de danses), puis fonde en 1878 les Concerts de Musique Moderne dont le but est de promouvoir les compositeurs contemporains. Atteint de paralysie, il s’arrête de composer à trente-huit ans et s’isole dans la foi jusqu’à sa mort.

Duparc en six dates:

1864 : première œuvre imprimée (mais non publiée), Six rêveries pour piano
1871 : création par Camille Saint-Saëns de la Société Nationale de Musique, dont il est secrétaire
1873-74 : compositions orchestrales (perdues)
1878 : création des « Concerts de musique moderne », qu’il codirige avec Vincent d’Indy
1883 et 1886 : voyages à Bayreuth
1906 : pèlerinage à Lourdes marquant le début de la dévotion religieuse de Duparc

Duparc en six mélodies:

L’invitation au voyage (Charles Baudelaire)
Chanson triste (Jean Lahor)
Extase (Jean Lahor)
Lamento (Théophile Gautier)
Phidylé (Leconte de Lisle)
Soupir (Sully-Prudhomme)