Helen Merrill

Helen Merrill

Chanteuse jazz (1930, New York)

De son vrai nom Jelena Ana Milcetic, née de parents immigrés croates, Helen Merrill fait ses débuts de chanteuse de jazz à New York dans les années 40. La renommée de sa voix douce et chaleureuse et les ballades vocales d’Helen Merrill traversent toujours les continents, des Etats-Unis au Japon, en passant par la France ou l’Italie depuis plus de 50 ans.

Après ses tout débuts dans un club de jazz du Bronx, où elle chante accompagnée entre autres par Bud Powell, elle prend le nom d’Helen Merrill, qui sonne – pour elle – plus américain ! Divorcée en 1956 de son premier mari, le clarinettiste Aaron Sachs, elle s’installe en Italie en 1959, et travaille en Europe jusqu’en 1965, s’enrichissant des rencontres avec des musiciens venus du monde du jazz ou de la variété.

Sa soif de liberté, d’indépendance, son besoin de se renouveler amènent Helen Merrill à voyager au gré de ses envies. Invitée par le Hot Club de Tokyo, elle s’installe au Japon, anime des émissions de radio et de télévision locales. La façon de chanter d’Helen Merrill transcende les problèmes de langage, ne freine pas la compréhension des émotions que sa musique véhicule, et lui permet de travailler auprès de musiciens traditionnels japonais dans une osmose totale.

De retour aux Etats-Unis en 1972, Helen Merrill se recentre sur l’enregistrement, les tournées et diversifie son répertoire comme en témoignent l’album de bossa nova ou celui de chants de Noël. En 1987, l’album Collaboration la voit renouer avec Gil Evans. En 1994, la chanteuse rend hommage au trompettiste Clifford Brown en enregistrant l’album Brownie, sur des arrangements de son dernier mari, le pianiste et arrangeur Torrie Zito (décédé en 2009). Le jazz est le style musical qui convient à Helen Merrill, car elle dit elle-même qu’elle est incapable de chanter deux fois la même chose. Si sa voix s’exprime dans un registre peu étendu, elle est d’une intime chaleur, d’une sensualité extrême et d’une rare musicalité. Le voile dans sa voix ajoute un nuage mystérieux et délicat sur chaque parole de ses chansons, et se fond parfaitement avec le timbre et le phrasé de certains instrumentistes tel le saxophone ténor de Stan Getz.

Helen Merrill en 6 dates

·         1954 : 1er album, arrangé par Quincy Jones

·         1959-1965 : elle travaille en Europe

·         1976 : enregistre avec le pianiste John Lewis

·         1986 : album Music Makers accompagnée par Steve Lacy (saxo) et Stéphane Grapelli (violon)

·         2004 : sorti de l’album Lilac Wine

·         2017 : série de concerts au Japon

Biographie de la Documentation Musicale de Radio France (septembre 2018)

En savoir plus