Heinz Holliger

Heinz Holliger

Hautboïste, chef d’orchestre et compositeur suisse (Langenthal, 21/05/1939)

Internationalement reconnu, Heinz Holliger figure parmi les plus grands hautboïstes de la seconde moitié du 20ème siècle, à l’aise dans le répertoire classique comme dans la création contemporaine. Chef d’orchestre accompli, Holliger nourrit de belles amitiés avec des interprètes qui diffusent sa musique dans le monde, oeuvre d’un compositeur libre qui s’insère dans des courants esthétiques variés.

Heinz Holliger effectue ses premières études musicales dans les Conservatoires de Bâle et de Berne avec Emile Cassagnaud (hautbois), Sava Savoff (piano) et Sandor Veress (composition), ce dernier ayant été élève de Bartok et Kodaly. Plus tard, au Conservatoire de Paris, il suit les cours de piano d’Yvonne Lefébure et prend des cours particuliers avec le hautboïste Pierre Pierlot. Il parfait sa formation en suivant les classes de Pierre Boulez entre 1961 et 1963 à l’Académie de Bâle. Virtuose accompli, il remporte de nombreux concours qui le propulsent rapidement dans une carrière internationale, enregistre des disques, tout en commençant à composer sérieusement. Son talent de hautboïste est exceptionnel : il se caractérise par une maîtrise parfaite et précise de l’instrument, tant par la clarté des attaques, que par la virtuosité des doigts ou encore le contrôle de l’ampleur sonore. Heinz Holliger redonne ses lettres de noblesse à cet instrument, quelque peu oublié en tant que soliste depuis le 18ème siècle, en suscitant de nombreuses œuvres composées pour lui de la part de personnalités parmi lesquelles l’on peut citer Klaus Huber, Ernst Krenek, Henri Pousseur, Witold Lutoslawski, Penderecki, Gilbert Amy, Luciano Berio, André Jolivet, Henze….. et bien sûr créées par lui. Par ailleurs, s’insérant dans la vie musicale suisse, il dirige les grands orchestres de son pays, mais aussi entre autres, l’Orchestre de Cleveland, l’Orchestre Symphonique de Vienne ou encore l’Orchestre Philharmonique de Radio France, et est invité régulièrement à diriger au sein des plus grands festivals (Lucerne, Salzbourg…)

La reconnaissance du Heinz Holliger compositeur se situe autour des années 80 ; depuis 1956, il se consacre à la composition, d’abord pour lui-même et sa femme, la harpiste Ursula Holliger. Entre la génération quelque peu écrasante des compositeurs nés dans les années 20 (Boulez, Nono, Stockhausen….) qui ont réinventé la musique d’après-guerre, et la vie musicale assez conservatrice en Suisse, Heinz Holliger a réussi à se frayer un chemin de liberté en se laissant porter par sa seule inspiration. Il recherche de nouvelles techniques d’émission du son, approfondit la maitrise du souffle, la production de textures « bruiteuses », et pousse les limites des instruments toujours plus loin, comme l’illustre Pneuma (1970).  Holliger compose dans tous les genres musicaux, de l’opéra à la musique de chambre, en passant par la musique électronique ou les pièces pour instrument seul. Il accorde une importance particulière à la voix, à la poésie ainsi qu’à la littérature : son œuvre s’inspire souvent de poètes habités par la folie ou la mort (Hölderlin, Trakl, Beckett…) montrant que ce musicien n’est pas seulement un paisible compositeur suisse vivant à Bâle, fin pédagogue, chaleureux, mais aussi un artiste écorché pour lequel la conscience du monde s’exprime parfois de façon douloureuse.

Heinz Holliger en 6 dates :

  • 1959 : premier Prix de hautbois au Concours International de Genève
  • 1965 : professeur à la haute école de musique de la ville de Freiburg im Breisgau
  • 1987 : co-fonde avec Andras Schiff le Festival international de musique de chambre d’Ittingen
  • 1998 : dirige l’orchestre de Chambre de Lausanne
  • 2015 : reçoit le premier Grand Prix Suisse de Musique
  • 2018 : création mondiale de son opéra Lunea à l’Opéra de Zürich

Heinz Holliger en 6 œuvres :

  • 1962 : Mobile pour harpe et hautbois
  • 1975-1979 : Die Jahreszeiten, cycle de Lieder sur des poèmes de Hölderlin pour chœur mixte a cappella et instruments ad lib
  • 1986 : 2 Transcriptions de Liszt, pour orchestre
  • 1995 :  Concerto pour violon, hommage à Louis Sutter
  • 2008 : Rechant pour clarinette solo
  • 2016 : 3 poèmes de Stéphane Mallarmé de Debussy, arrangés pour voix et orchestre

Biographie de la Documentation Musicale (octobre 2020)

En savoir plus