Hans Werner Henze

Hans Werner Henze

Compositeur allemand (1926 à Gütersloh – 2012 à Dresde)

Hans Werner Henze est l’un des grands compositeurs majeurs de l’après-guerre allemand. Son identité musicale n’a cessé d’évoluer, enchaînant les virages à l’image de son engagement politique.

Hans Werner Henze commence très tôt l’étude du piano et des percussions. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, il est mobilisé par l’armée allemande et fait prisonnier par les Anglais. De retour à la vie civile, il connaît les difficultés matérielles et financières de l’après-guerre. Il étudie la composition avec Wolfgang Fortner et René Leibowitz. Issu de l’école de Darmstadt, il adopte le style atonal puis sériel. Il est nommé directeur du ballet de Constance en 1949, puis des ballets de l’Opéra de Wiesbadenen, l’année suivante. Il connaît enfin le succès avec la création de Boulevard solitude en 1952, opéra marqué par le jazz. En 1953, Henze s’installe en Italie. Il y est très vite influencé par le style vocal italien, et tourne progressivement le dos au sérialisme. En 1957, pendant la création de Nachtstücke und Arien, Boulez, Stockhausen et Nono quittent la salle. Henze devient le traitre de la nouvelle musique. Il se consacre de plus en plus à l’opéra avec Antifone, puis le Prince de Hombourg. Il laissera ainsi plus de 20 ouvrages lyriques. La création de l’opéra, Les Bassarides, en 1966, est un immense succès qui lui apporte la gloire.

A partir de 1967, Henze prend un nouveau tournant, celui de la politique. Il se rapproche de l’extrême gauche allemande et apporte son soutien au Viet Nam. La création du Radeau de la Méduse, en 1968, à la mémoire du Che Guevarra, provoque l’intervention de la police. En 1969, il séjourne à La Havane, pour enseigner et faire de la recherche. Tout cela n’entache nullement sa notoriété, et ses compositions rencontrent un succès croissant. Il se lance dans l’action pédagogique et sociale, auprès de classes défavorisées, notamment au Festival de Montepulciano. En 1976, Henze adhère au Parti Communiste Italien. Au cours des années 80, il succède à Stockhausen dans la classe de composition de Cologne, est nommé directeur artistique de l’Académie Philharmonique Romaine, fonde et dirige la Biennale de Münich, et devient compositeur en résidence à Tanglewood puis à la Philharmonie de Berlin (1991). En 2003, il est à l’honneur du Festival Présences de Radio France. En 2010, Henze est au centre du projet culturel « Ruhr 2010 » avec le « Projet Henze : nouvel musique pour une nouvelle métropole ».

Henze en 6 dates
1946 : étudie la composition à Darmstadt
1953 : s’installe en Italie
1967 : engagement politique à gauche
1991 : compositeur en résidence à la Philharmonie de Berlin
2003 : à l’affiche du Festival Présences de Radio France
2010 : « Projet Henze » dans le cadre de « Ruhr 2010 »

Henze en 6 oeuvres
1947 : Concerto n° 1 pour violon
1952 : Boulevard Solitude, opéra
1958 : Ondine, ballet
1961 : Antifone, opéra
1970 : El Cimarron, récital pour 4 musiciens
2007 : Phèdre, opéra

Biographie de la documentation de Radio France, Février 2014

En savoir plus