György Ligeti

György Ligeti

Compositeur autrichien d’origine hongroise (1923-2006)

Né dans la minorité hongroise de Roumanie, Ligeti a traversé toutes les dictatures politiques. A son image, sa musique, isolée des grands mouvements modernes occidentaux, a suivi son propre chemin en refusant toute idée de système.

Malgré la réticence de son père qui le destinait à une carrière scientifique, György Ligeti étudie le piano tout en commençant à composer pour cet instrument. L’année 1933 marque le début des problèmes d’origine ethniques entre Roumains et Hongrois, associé à la montée de l’antisémitisme. De 1941 à 1943 il étudie la composition, l’orgue et le violoncelle au conservatoire de Cluj. Il poursuit ses études de composition de 1945 à 1949 avec Sandor Veress et Ferenc Farkas à l’Académie de musique de Budapest, où il enseignera par la suite.
Pendant cette période hongroise, ses œuvres témoignent d’une réelle influence des musiques de Bartok et de Kodaly.
Après les émeutes de 1956, Ligeti quitte la Hongrie, s’installe en Allemagne et rencontre Karlheinz Stockhausen au studio de musique électronique de la radio de Cologne. Conscient de son isolement et de son ignorance de ce nouveau monde musical, il cherche à développer son propre style. En effet, les pièces pour orchestre de cette période – Apparitions ou Atmosphères – montrent un nouveau style caractérisé notamment par une polyphonie très dense qu’il qualifiera de micropolyphonie. Dans ces années 60, György Ligeti participe aux cours d’été à Darmstadt et il enseigne aussi comme professeur invité à Stockholm.
Installé à Vienne, son écriture évolue dans les années 70 vers plus de mélodie et de transparence, comme on peut le constater dans son opéra Le Grand Macabre. Influencé par les polyphonies du XIVème siècle et par des musiques ethniques, il développe une technique de composition à la polyrythmie complexe, comme dans son Concerto pour piano ou sa Sonate pour alto solo.
La musique de Ligeti se prête à une écoute globale plutôt qu’analytique ; il provoque des soulèvements sonores étonnants qui alternent avec des masses d’accords statiques et des couleurs aux dynamiques variées. Sa musique est, dit-il « une surface de timbres ».

György Ligeti en 6 dates
1950
: professeur de composition, de contrepoint et d’harmonie à l’Académie Franz-Liszt de Budapest
1957 : travaille à la Westdeutscher Rundfunk à Cologne
1967 : obtient la nationalité autrichienne
1973 : enseigne la composition à la Musikhochschule de Hambourg jusqu’en 1989
1985 : Prix Arthur Honegger décerné par la Fondation de France
1991 : fait commandeur de l’Ordre national des arts et lettres à Paris

György Ligeti en 6 œuvres
1951-53
: Musica ricercata pour piano
1961 : Atmosphères pour grand orchestre
1978 : Le Grand Macabre, opéra en 2 actes d’après la pièce de Michel de Ghelderode
1982 : Trio pour violon, cor et piano
1990 : Concerto pour violon
2000 : Sippal, doppal, nádihegedűvel, cycle de mélodies pour mezzo-soprano et 4 percussions, sur des poèmes de Sandor Veress