Guennadi Rojdestvenski

Guennadi Rojdestvenski

chef d'orchestre russe ( Moscou 1931 - 2018 )

Défenseur des compositeurs et ami des plus grands interprètes soviétiques toute sa vie durant, ancien directeur de l’orchestre du Bolchoï, également pianiste et compositeur, Guennadi Rojdestvenski fut l'une des figures majeures de la musique de l'ex URSS.

Né à Moscou des parents musiciens - son père était chef d'orchestre et pédagogue, sa mère chanteuse lyrique, Guennadi Rojdestvenski a étudié la direction d'orchestre et le piano au Conservatoire de Moscou.  C'est son père qui fut son professeur de direction d'orchestre, et lorsqu'il se lance dans une carrière professionnelle, Guennadi Rojdestvenski adopte le nom de jeune fille de sa mère pour éviter tout soupçon de népotisme.

A vingt ans, il dirige le ballet La Belle au bois dormant de Tchaïkovski au célèbre Théâtre Bolshoï moscovite, et sa carrière est rapidement lancée.  Désormais il interprète et enregistre  ses contemporains et parfois amis proches, tous les plus grands compositeurs soviétiques (Prokofiev, Chostakovitch, Denisov, Gubaidulina, Schnittke, Glazunov ) ou étrangers (Britten, Honegger, Vaughan Williams). Il dirige les phalanges de renommé internationale : le Philharmonique de Berlin, l'Orchestre Concertgebow, l'Orchestre symphonique de Boston et de Chicago, l'Orchestre de Cleveland, le Philharmonique d’Israël ou l'Orchestre symphonique de Londres font partie de la longue liste de ses collaborations artistiques. Il a dirigé et fait connaître nombreuses œuvres peu connues de Respighi, Haendel, Mendelssohn - Bartholdy, Stravinski, Janacek, Dvorák, Mahler, Debussy, Ravel, Poulenc, Bruckner, Strauss, Berg, Schoenberg, Hindemith, Bartók, Martinu, Messiaen, Milhaud, Honegger, Orff, Britten, Zemlinsky, Roussel, Vieru entre autres. Il a enregistré l'intégrale des symphonies de Haydn, Beethoven, Brahms, Sibelius, Bruckner, Mahler, Tchaïkovski, Glazunov, Prokofiev et Chostakovitch. 

Guennadi Rojdestvenski retrouve les planches du Bolchoï dans les années 1960 -1970, et ensuite à la fin de sa carrière, lorsqu'il est nommé directeur artistique général de la célèbre maison d'opéra. Ami de Yehudi Menuhin, David Oistrakh, Dmitri Chostakovitch, Alfred Schnittke ou Mstislav Rostropovitch, interprète de référence des compositeurs de son temps, Guennadi Rojdestvenski a marqué de son empreinte la musique de l'ex-URSS en lui dédiant sa vie. 

« Si incroyable que cela puisse paraître, j'ai compté pas moins de quarante œuvres écrites pour Guennadi - soit parce qu'il en  a incité la composition, soit parce qu'il en a dirigé la création, a déclaré le compositeur Alfred Schnittke dans une interview.  Je pourrais même dire que quasiment tout mon travail de compositeur était dépendant des échanges avec lui dans de nombreuses discussions qu'on a menées ensemble et qui m'ont donné tant d'idées de mes compositions. Je trouve que c'est une des plus grandes chances de ma vie. »

Guennadi Rojdestvenski en 6 dates

  • 1951 dirige La Belle au bois dormant de Tchaïkovski à seulement vingt ans au Bolshoï
  • 1964 première de la Quatrième symphonie de Chostakovitch au Festival d'Edinburgh
  • 1969 épouse la pianiste Viktoria Postnikova
  • 1974 commence à enseigner au Conservatoire de Moscou
  • 2000 nommé directeur artistique général du Théâtre Bolchoï
  • 2004 Notes interdites: scènes de la vie musicale en Russie Soviétique, documentaire de Bruno Monsaingeon sur le contexte politique et artistique de l'URSS où Guennadi Rojdestvenski joue un rôle clé

Guennadi Rojdestvenski en 6 enregistrements

  • Chostakovitch : 15 Symphonies, « Le Nez » (opéra), « Moscou quartier des Cerises » (opérette), Concertos pour violon (Oïstrakh), Romances ;
  • Intégrale des symphonies d'Anton Bruckner
  • Concertos pour violon de Chostakovitch avec son fils Sasha Rozhdestvensky en tant que soliste
  • Brahms : Double Concerto avec Oistrakh et Rostropovitch
  • Prokofiev : 7 Symphonies, « Pierre et le Loup » (raconté par Gérard Philipe), intégrale des ballets : « Roméo et Juliette », « Cendrillon », « La Fleur de pierre », « Chout », « Sur le Dniepr », « Hamlet », Cantates : de l'Enfant oublié, de la Garde
  • Schnittke :  Symphonies, Cantate « Docteur Faust »
En savoir plus