Giulio Caccini

Giulio Caccini

Compositeur italien du premier baroque (Tivoli, 1551 -Florence, 1618)

Chanteur, instrumentiste et compositeur, Giulio Caccini fut lié à la Camerata fiorentina, cercle de poètes et de musiciens actif à la fin du XVIe siècle, dont il est membre avec le compositeur Jacopo Peri. La Camerata fiorentina voulait faire revivre le modèle antique grec dans le domaine du théâtre et de la poésie, posant les jalons du développement de la monodie accompagnée et de l’opéra, dans le but de « représenter en musique l’âme humaine ».

Giulio Caccini entre au service des Médicis en 1565 : après ses premières œuvres dans le style polyphonique, il s’oriente vers un style monodique dans lequel l'intelligibilité du texte prime: une seule voix chante le texte, les autres voix sont confiées à des instruments. Il introduit dans ses compositions des ornements à l'origine de la virtuosité vocale et du bel canto, dans le but de traduire l’expressivité du texte. Avec Peri, il est le premier à introduire le recitar cantando.

De 1602 à 1614, Caccini publie des recueils d'airs accompagnés qui traduisent ses préoccupations esthétiques, théoriques et pédagogiques (préface du Le Nuove Musiche, 1601, et du Nuove Musiche e nuova maniera di scriverle, 1614). Il donne à ses airs soit la structure de variations strophiques (forme dont il est l'initiateur, évidemment liée au souci de virtuosité), soit celle du madrigal il est enfin l'un des premiers à utiliser la basse continue chiffrée. Virtuose et interprète renomé, Caccini séjourne en France en 1604 à la demande de Marie de Médicis, laissant une infuence incintestable sur ses contemporains en tant que pédagogue et compositeur.

Les recherches de la Camerata vont amener la création de l'opéra. Euridice de Caccini, sur un livret de O. Rinuccini, est publiée en 1600 la première représentation eut lieu le 5 décembre 1602 à Florence. En 1602 Caccini compose son Orphéo. Peri compose lui aussi, deux ans auparavant, un Euridice. Giulio Caccini compose Il rapimento di Cefalo, certainement en collaboration avec d'autres compositeurs de l'école florentine, œuvre qui sera donnée trois jours après l'Euridice de Peri.
Remarquable pédagogue, il forma au chant ses trois enfants, et ils se produisirent au service du Concerto Caccini, ensemble vocal qui organise des représentations à Paris au cours de l'hiver 1604/05.

Les oeuvres de Giulio Caccini

Euridice, opéra (1600)

Dafne, opéra (1598), perdu

Le nuove Musiche, Madrigaux et airs pour voix et basse continue (1601)

Il Rapimento di Cefalo, Intermezzo pour voix et basse continue (1601)

En savoir plus