Gilbert Amy

Compositeur, chef d’orchestre et pédagogue (1936 Paris-)

Comme son maître Pierre Boulez, ses activités de compositeur, de chef d’orchestre et de pédagogue sont indissociables et imbriquées dans un même élan de porter haut la musique de son temps. Son style marqué par la rigueur et la musique sérielle dans ses débuts, s’est épanoui avec liberté dans le raffinement et l’inventivité. Son catalogue riche accorde une place généreuse au texte et à la musique vocale, sans négliger l’orchestre lié à l’espace sonore ni la musique de chambre.

Gilbert Amy fait ses études au conservatoire de Paris, il a pour maîtres en écriture, Simone Plé-Caussade (contrepoint et fugue), Darius Milhaud (composition) et Olivier Messiaen (analyse). Il étudie aussi l’accompagnement avec Henriette Puig-Roget et le piano avec Yvonne Loriod. En 1957, sa rencontre avec Pierre Boulez est déterminante pour l’évolution de sa carrière de compositeur et de chef d’orchestre. Il travaille avec le maître sa Sonate pour piano qu’il donnera en première audition à Darmstadt. Pierre Boulez le forme aussi à la direction d’orchestre, et lui transmet en 1967 la succession de son poste de directeur au Domaine musical lors de son départ. Les portes du succès s’ouvrent vers les hauts lieux de la création musicale : Donauschingen, Darmstadt, Royan, Berlin, Venise, Varsovie. De 1973 à 1981, il occupe à la radio d’abord le poste de directeur des programmes musicaux à l’ORTF puis à partir de 1976 celui de directeur du Nouvel Orchestre Philharmonique. Durant cette période ‘Radio-France’, il dirige Messiaen, Debussy, nombreuses musiques de son temps et aussi ses propres œuvres. Il dirige de nombreux concerts de musique contemporaine dans les séries Perspectives 20ème siècle et Musique au présent. Après un court séjour américain en 1982 à l’Université de Yale où il enseigne la composition et l’analyse, il revient en France pour prendre le poste de directeur au conservatoire de Lyon en 1984, poste qu’il occupera jusqu’en 2000. Gilbert Amy a dirigé de nombreux orchestres français, Orchestre de l’Opéra de Paris, Orchestre de Paris, les deux orchestres de la radio, et parmi les phalanges étrangères, l’Orchestre de Chicago, l’Orchestre de la Suisse romande, l’Orchestre symphonique de la BBC, les orchestres de la radio de Hambourg et de la radio bavaroise. Gilbert Amy a reçu de nombreux prix parmi lesquels, en 1971 et en 1987 le Grand Prix du disque de l’Académie Charles Cros, en 1983 le Grand Prix de la SACEM, et en 2004 le Prix Cino del Duca, pour l’ensemble de son œuvre. Le 6 mars 2013, il est élu à l’Académie des Beaux-Arts, dans la section de composition musicale, au fauteuil occupé précédemment par Serge Nigg. Les 5 et 6 novembre 2016, pour son 80ème anniversaire, il est l’invité pour un week-end à radio France.

Gilbert Amy en 6 dates :

1954 : 1er Prix au Concours Général de philosophie
1962 : commence une carrière de chef d’orchestre
1967-1973 : Directeur du Domaine musical à la suite de Boulez
1976 : Fonde le Nouvel Orchestre Philharmonique de Radio France dont il sera le premier chef d’orchestre et le directeur artistique
1982 : Il enseigne la composition et l’analyse à l’Université de Yale
1984-2000 : directeur du CNSM de Lyon

Gilbert Amy en 7 œuvres :

1960 : Sonate pour piano, 1ère audition à Darmstadt par l’auteur le 10 juillet 1960 et création à Paris le 1er février 1961 par Yvonne Loriod au Domaine musical
1965 : création d’Antiphonies pour 2 orchestres par l’Orchestre National le 2 février 1965 sous la direction de Bruno Maderna et du compositeur
1968 et 1969 : création de Trajectoires pour violon et orchestre, commande de l’ORTF : 1ère audition au Festival de Royan le 5 avril 1968 avec Claire Bernard et l’Orchestre National sous la direction de Bruno Maderna et création à Paris le 25 octobre 1969 avec Gerard Jarry et l’Orchestre National sous la direction du compositeur
1973 : D’un espace déployé, pour soprano, 2 pianos et 2 orchestres, création mondiale par l’Orchestre de Paris sous la direction de Georg Solti et du compositeur
1979 : Adagio et Stretto, version finale, création mondiale à Jérusalem par le Jérusalem Symphony Orchestra le 29 mai suivie par la création française à La Rochelle par le Nouvel Orchestre Philharmonique de radio France en juillet
1986 : le 7 mai, création de Praeludium, pour orchestre, avec le Nouvel Orchestre Philharmonique de Radio France, pour l’anniversaire des 10 ans de l’orchestre
1999 : Création à l’Opéra de Lyon de son opéra Le Premier cercle d’après le livre de Soljenitsyne