Georges Prêtre

Georges Prêtre

Chef d'orchestre français (1924, Waziers - 2017, Navès )

Un des chefs d'orchestre français les plus célébrés dans le monde entier, Georges Prêtre a construit sa renommée d'un des meilleurs interprètes du XXe siècle au delà des frontières de son pays. Interprète préféré de Francis Poulenc et de Maria Callas, il a dirigé ou enregistré avec pratiquement tous les grands noms et les plus prestigieuses formations de la musique symphonique et lyrique au cours de sa longue et riche carrière.

Georges Prêtre étudie le piano au conservatoire de Douai puis intègre le Conservatoire de Paris en 1944. Il y remporte un premier prix de trompette, étudie l'harmonie avec Maurice Duruflé et se découvre une passion pour la direction d'orchestre. Parmi les rencontres artistiques qui ont orienté sa carrière on peut citer le chef d'orchestre André Cluytens et le compositeur Olivier Messiaen. La carrière de chef de Georges Prêtre est lancée en 1946 à l'Opéra de Marseille. Il dirige ensuite à Lille, avant d'être engagé au Capitole de Toulouse . A Paris, il entre d'abord à l'Opéra-Comique, où il crée notamment La Voix humaine de Francis Poulenc avant d’y créer quelques années plus tard la première française du Capriccio de Richard Strauss avec Elisabeth Schwarzkopf. Il dirige également à l'Opéra Garnier et débute en même mùoment une carrière internationale qui finira par l'éloigner des podiums de l’Hexagone, où il ne se produira plus qu'en de rares occasions. Il fréquentera par contre les interprètes et les formations de renommé dans le monde entier et sera fêté au quatre coins du monde musical jusqu’à la fin de sa vie.

Sa carrière internationale débute avec la nomination de chef associé de l'Orchestre philharmonique royal de Londres. Il dirigera ensuite à Chicago, San Francisco et New York, à Londres, à la Scala de Milan et à Vienne, où il devient en 1962 l’un des collaborateurs d’Herbert von Karajan au Staatsoper, une rencontre de deux caractères bien trempés dont on se souvient encore dans le milieu musical. Mais c'est aussi à Vienne que Georges Prêtre a trouvé son port d'attache : pendant 50 ans, il a été à la tête de l'Orchestre philharmonique de Vienne, et a été le premier chef français à diriger le prestigieux concert du Nouvel an, en 2008 et 2010. En 1986, il est également nommé premier chef invité de l'Orchestre symphonique de Vienne.

Parmi les artistes avec qui Georges Prêtre a tissé des liens particulièrement forts, le compositeur Francis Poulenc, dont il fut l’interprète préféré et dont il a enregistré quasiment tout l'opus, et la diva Maria Callas, qu'il a accompagnée dans de mémorables témoignages gravés sur le disque et dirigée lors de ses dernières apparitions à Paris et Londres.

Georges Prêtre en six dates :

  • 1946 débute à l'Opéra de Marseille

  • 1962 devient chef associé de l'Orchestre philharmonique royal de Londres

  • 13 juillet 1989 dirige la soirée inaugurale de l'Opéra Bastille

  • 2005 Georges Prêtre est promu membre d’honneur de la Société des amis de la musique de Vienne (au cotés d'Hector Berlioz et Camille Saint-Saëns )

  • 2008 et 2010, premier chef français à diriger le Philharmonique de Vienne pour le prestigieux concert du Nouvel An

  • 1986 : Premier chef invité de l’Orchestre symphonique de Vienne (jusqu’en 1991), puis chef d’honneur à vie

Georges Prêtre en six enregistrements :

  • Francis Poulenc : La Voix Humaine, Denise Duval, Orchestre du Théâtre National de l'Opéra-Comique, RCA Victor, Soria Series

  • Great Arias From French Operas, Maria Callas, Orchestre National De La RTF, EMI

  • Giaccomo Puccini : Tosca , Maria Callas, The Complete Studio Recordings 1949-1969 EMI Classic

  • Hector Berlioz : Symphonie Fantastique, Boston Symphony Orchestra, RCA

  • Francis Poulenc : Stabat Mater, Barbara Hendricks, Chœur de Radio France, Orchestre National De France, EMI

  • Neujahrskonzert 2008, Philharmonique de Vienne, DECCA

En savoir plus