Elisabeth Jacquet de La Guerre

Elisabeth Jacquet de La Guerre

Compositrice et claveciniste française (Paris, 17 mars 1665 – Paris, 27 juin 1729)

Claveciniste et improvisatrice virtuose, Elisabeth Jacquet de La Guerre est la compositrice la plus célèbre de l’Ancien Régime. Pionnière dans le domaine, elle intègre dans son écriture les différentes influences de son temps, au-delà du clivage entre esthétiques italienne et française.

Issue d’une lignée de musiciens, facteurs de clavecins à Paris, Elisabeth Jacquet est formée à la musique par son père Claude Jacquet, organiste à l’église Saint-Louis-en-l’Isle (4e arrondissement). Parmi ses frères et sœurs, Elisabeth Jacquet montre rapidement d’étonnantes dispositions pour le clavecin et pour le chant, ce qui lui vaut de se produire devant le roi Louis XIV à l'âge de cinq ans. Enfant prodige, elle s’accompagne dans des airs de sa composition, transposant facilement ses mélodies dans n’importe quel ton. Très appréciée par le Roi, elle intègre la cour à dix-sept ans sous la protection de sa favorite Madame de Montespan. A dix-neuf ans, elle épouse le claveciniste Marin de La Guerre, dont elle adopte le nom en même temps que la renommée.

Obligée de quitter la cour après son mariage, Elisabeth Jacquet de La Guerre s’installe à Paris sur l’île Saint-Louis, où elle donne nombre de leçons et concerts devenus très réputés. Elle compte notamment, parmi ses élèves, son filleul Louis-Claude Daquin. Interprète et improvisatrice hors pair, elle compose à cette époque diverses suites, sonates et sonates en trio pour le clavecin, qu'elle parvient à faire publier avec l'appui du Roi. Loin de limiter son travail à ce seul instrument, elle s'essaie à tous les genres musicaux : musique religieuse, musique profane, pièces de tradition française et nouveautés italiennes. Dans la lignée de Jean-Baptiste Lully, elle compose notamment la tragédie lyrique Céphale et Procris, d'après le mythe issu des Métamorphoses d'Ovide. Créée à l'Académie Royale de Musique, l’œuvre est également exécutée à l'Académie de Musique de Strasbourg, grâce à sa collaboration avec le compositeur Sébastien de Brossard. Elle écrit aussi de nombreux opéras, des opéras-ballets, des cantates françaises à une voix, ainsi qu'un Te Deum à grands Chœurs, qu’elle fait exécuter dans la Chapelle du Louvre pour la convalescence du roi Louis XV.  

Toute sa vie, Elisabeth Jacquet de La Guerre a œuvré pour faire jouer sa musique dans les plus hautes sphères musicales de son époque, passant outre les entraves liées à son statut de femme. Malgré son engagement auprès de Louis XIV, elle ne put jamais accéder au poste de musicien officiel à la Cour, mais garda toujours le respect de ses pairs comme celui du Roi. Elle peut être considérée comme la première compositrice française.

Elisabeth Jacquet de la Guerre en 5 dates : 

  • 1670 : joue à cinq ans devant Louis XIV
  • 1682 : entre à la Cour grâce à Madame de Montespan
  • 1684 : mariage avec Marin de La Guerre
  • 1684 : quitte la Cour et s'installe à Paris
  • 1729 : mort et funérailles à Saint-Eustache à Paris

Elisabeth Jacquet de La Guerre en 5 œuvres :

  • 1694 :Céphale et Procris, tragédie lyrique en cinq actes
  • 1707 :Pièces de clavecin qui se peuvent jouer sur le violon
  • 1708 :Livre de Cantates françoises sur des sujets tirez de l’Ecriture sainte
  • 1713 :La musette ou les Bergers de Suresne, divertissement pastoral
  • 1721 :Te Deum

Biographie de la Bibliothèque musicale de Radio France, décembre 2018

En savoir plus