Edith Canat de Chizy

Edith Canat de Chizy

Compositrice française (Lyon, 26/03/1950)

Violoniste de formation, Edith Canat de Chizy occupe une place de choix dans la musique contemporaine. Par sa joyeuse énergie et son habileté à travailler la matière sonore, cette « femme compositeur », comme elle le dit, écrit une musique qui « n’a d’autre ambition que de faire aimer cette magie des sons, qui raconte l’histoire du monde, telle que Debussy la rêvait. » (Maurice Ohana)

Née dans une famille lyonnaise pour qui la musique était cultivée comme un loisir, Edith Canat de Chizy, baccalauréat en poche, quitte sa ville natale pour étudier l’histoire de l’art et l’archéologie ainsi que la philosophie à la Sorbonne, jusqu’en 1971. Dans le même temps, elle entre au CNSM de Paris où elle obtient les premiers prix d’harmonie, de fugue et de contrepoint, d’orchestration, d’analyse et de composition. Elève d’Ivo Malec, elle s’initie à l’électroacoustique auprès de Guy Reibel au Groupe de Recherche Musicale. En 1983, sa rencontre décisive avec Maurice Ohana la conforte dans ce qu’elle ressent : d’une part l’importance de son indépendance et sa volonté de ne se laisser enfermer dans un courant esthétique institutionnel, et d’autre part d’écouter ses intuitions profondes afin d’écrire librement.

La musique concertante occupe une place privilégiée dans son catalogue d’œuvres, comme les pièces pour cordes, dont elle exploite toutes les ressources, revenant ainsi à son instrument premier. La plupart de ses œuvres ont été commandées par l’Etat, Radio France, l’Ircam ou par des ensembles tels l’Orchestre de Paris, Musicatreize, TM+… et ont souvent été distinguées par des prix renommés. Directrice du conservatoire du 15ème, puis du 7ème arrondissement de Paris, Edith Canat de Chizy découvre que cette fonction lui apporte un complément d’équilibre de vie face à la solitude dans laquelle se plonge volontiers cette artiste. Une de ses tâches sera de valoriser les classes de musique de chambre, chœur et orchestre afin que les élèves vivent mieux les efforts d’apprentissage au conservatoire et partagent ensemble des moments d’émotions. Elle enseigne aussi la composition au CRR de Paris jusqu’en 2017. Edith Canat de Chizy est compositrice en résidence à plusieurs reprises, à l’Arsenal de Metz, à l’Orchestre national de Lyon, à Caen ou encore à Besançon, où sa pièce pour orchestre Times, a été imposée à la finale du Concours international des jeunes chefs d’orchestre 2009. En 2005 paraît aux éditions Fayard une monographie qu’elle consacre, avec François Porcile, à Maurice Ohana.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Edith Canat de Chizy ne renie pas le passé et tente de trouver un équilibre entre la nouveauté et la transmission d’un héritage qu’elle réactualise. Elle conçoit une œuvre à partir du matériau sonore que, tel un sculpteur, elle s’attache à ciseler et à faire évoluer. C’est par les transformations évolutives de l’élément sonore que d’autres éléments (mélodie, forme, rythmes…) se détachent ensuite, comme induits par le matériau lui-même. Dotée d’un don réel de la mélodie, Edith Canat de Chizy nous emmène dans un monde sonore aux couleurs variées et raffinées. Issue d’un milieu catholique pratiquant, creuset de sa foi, Edith Canat de Chizy entretient un rapport particulier entre l’acte musical et le sentiment religieux. Pour elle, la musique relève du monde spirituel et il n’existe pas de musique profane ou sacrée : chaque oeuvre  comporte une dimension de prière et jalonne les étapes sur ce chemin qu'est la musique. Les œuvres d’Edith Canat de Chizy démontrent le lien étroit entre spiritualité et musique. Elles constituent un témoignage de la forte relation à Dieu et de cette quête qu’est la vie spirituelle de cette femme compositeur.

Edith Canat de Chizy en 6 dates :

  • 1986 : Directrice du conservatoire du 15ème arrondissement de Paris
  • 1990 : prix de la Tribune internationale des compositeurs, pour Yell
  • 2000 : Exultet, concerto pour violon, est nominé aux Victoires de la Musique
  • 2005 : première compositeur femme élue à l’Académie des Beaux-Arts
  • 2016 : Grand Prix du Président de la République décerné par l’Académie Charles Cros pour l’ensemble de son œuvre
  • 2020 : Compositrice en résidence au festival Présences féminines à Toulon

Edith Canat de Chizy en 6 œuvres :

  • 1989 : Yell, pour orchestre, création par l’Orchestre Philharmonique de Radio France dirigé par Mishiyoshi Inouë
  • 1995 : Exultet, 1er concerto pour violon, commande de Radio France, création avec Laurent Korcia et l’Orchestre Philharmonique de Radio France dirigés par Peter Burwick
  • 2001 : Vivere, quatuor à cordes créé lors du Festival Présences à Radio France par le Quatuor Parisii
  • 2006 : Vagues se brisant contre le vent, pour flûte et ensemble, création à Nanterre par Gilles Burgos et l’ensemble TM+ dirigés par Laurent Cuniot
  • 2013 : Kyrie, pour chœur d’enfants et orgue, commande de Notre-Dame de Paris, création à Notre-Dame de Paris par la Maîtrise de Notre-Dame et Yves Castagnet à l’orgue, sous la direction d'Emily Fleury.
  • 2017 : Création mondiale de Missing, 2d concerto pour violon, commande de Radio France, avec Fanny Clamagirand et l’Orchestre national de France, direction John Storgards 

Site officiel : Edith Canat de Chizy

Biographie de la Documentation Musicale de Radio France (avril 2021)

En savoir plus