Edita Gruberová

Edita Gruberová

soprano colorature slovaque (1946, Bratislava – 2021, Zürich)

De sa voix virtuose et aérienne, Edita Gruberová a marqué de son empreinte les rôles tels que Zerbinetta (Ariadne auf Naxos) ou la Reine de la Nuit (La Flûte enchantée), ainsi que nombreux autres du répertoire bel canto italien.

Edita Gruberová a commencé ses études de chant au Conservatoire de sa ville natale, Bratislava, dans la classe de Maria Medvecká. Dès ses premières années de formation, elle a commencé à se produire au Théâtre national slovaque, et à s'intéresser à la musique folklorique slovaque.

C'est également dans sa ville natale qu'elle a fait ses débuts sur scène, en tant que Rosina dans Le Barbier de Seville de Rossini. En 1969, au moment où les frontières de son pays fermaient dans le cadre de la normalisation soviétique, sa professeure réussi à l'inscrire à une audition à l'Opéra d'Etat de Vienne, où la jeune soprano est immédiatement engagée. Elle crée la sensation dans le rôle de la Reine de la Nuit dans la Flûte enchantée de Mozart, et décide d'émigrer à l'ouest. Désormais, sa voix virtuose la mène sur les podiums les plus prestigieux du monde entier : elle est ovationnée en tant que La Reine de la nuit, Zerbinetta d'Ariadne auf Naxos de Richard Strauss, La Traviata de Verdi, Lucia di Lamermoor de Donizetti, Konstanze de l'Enlèvement du Sérail de Mozart, Manon de Massenet ou Oscar dans Un ballo in maschera de Verdi. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Elle chante aux cotés des plus grands : sous la baguette de Herbert von Karajan à Salzburg ou encore lorsqu'elle partage la scène avec Ingvar Wixell et  Luciano Pavarotti en tant que Gilda dans la version cinématographique de Rigoletto de Jean-Pierre  Ponnelle, ou quelques années plus, tard dans Così fan tutte du même réalisateuraux cotés de Delores Ziegler and Ferruccio Furlanetto.

En 2001 elle s'est retirée de toutes les productions de l'Opéra de Zürich, suite à l'accident qui a interrompu la carrière de sa fille danseuse, mais pour lequel l'institution a décliné toute responsabilité. Sa dernière apparition à l'opéra eut lieu en 2019 dans le rôle d'Elizabeth I dans Roberto Devereux à l'Opéra d'Etat de Bavière suite à laquelle elle s'est concentrée à l'accompagnement des jeunes chanteurs et à la pédagogie. Elle s'est retirée officiellement de la scène en septembre 2020, en partie à cause de la crise provoquée par la pandémie de Covid 19. 

Edita Gruberová en six dates

  • 1968  début à Bratislava dans le rôle de Rosina (Rossini : Il barbiere di Siviglia)
  • 1973 début à Glyndebourne  dans le rôle de la Reine de la Nuit
  • 1977 début au Metropolitan Opera (La Reine de la Nuit)
  • 1977 début au festival de Salzburg en tant que Thibault dans Don Carlo de Verdi, dirigé par Karajan 
  • 1982 Gilda dans le Rigoletto de Jean-Pierre Ponnelle
  • 1988 Così fan tutte de Jean-Pierre Ponnelle

Edita Gruberová en six enregistrements

  • 1979 Verdi Don Carlo, Herbert von Karajan, Choir of Deutsche Oper Berlin, Berliner Philharmoniker, EMI Classics
  • 1981 Gluck, Orfeo ed Euridice, Riccardo Muti, Ambrosian Opera Chorus, Philharmonia Orchestra, His Master's Voice
  • 1985 Mozart, Die Entführung aus dem Serail, Georg Solti, Choir of Wiener Staatsoper, Wiener Philharmoniker, Decca Records
  • 1988 Mozart, Die Zauberflöte, Nikolaus Harnoncourt, Choir and orchestra of Opernhaus Zürich, Teldec
  • 1988 Strauss, Ariadne auf Naxos, Kurt Masur, Gewandhausorchester, Philips Classics Records
  • 1989 Offenbach, Les contes d'Hoffmann, Seiji Ozawa Chœurs de Radio France, Orchestre National de France, Deutsche Grammophon
En savoir plus