Edgard Varèse

Edgard Varèse

Compositeur français (Paris, 1883 – New York, 1965 )

Contemporain de Debussy, Satie et Ravel, Edgard Varèse se présente néanmoins comme un compositeur révolutionnaire en rupture avec la tradition musicale. Nommé « père de la musique électronique » et reconnu par plusieurs compositeurs comme véritable précurseur des développements de la musique des XXème et XXIème siècles, avec ses avancées musicales il établit les bases autant de la musique d’avant-garde que populaire.

En parallèle avec ses études d’ingénierie à Turin, Edgard Varèse débute ses cours de musique en 1893 avec GiovanniBolzoni, directeur du conservatoire de Turin. Il compose en 1895 son premier opéra, Martin Pas, aujourd’hui perdu. Il part pour la France en 1903 et s’installe à Paris. Il intègre la ScholaCantorum (1903-05) auprès de Vincentd’Indy et le Conservatoire auprès de Charles -MarieWidor (1905-1907). Il se déplace de nouveau, cette fois vers Berlin, ville où il rencontre les compositeurs Strauss et Busoni. Il revient à Paris en 1913 mais, vite déçu par la « frilosité musicale » de la ville, il décide de partir pour New York. Rupture toute autant physique que symbolique, les premières œuvres de Varèse telles qu’Amériques (1918-1921) représentent une nouvelle voie musicale pour le compositeur. Il dirige son propre orchestre, le NewSymphonyOrchestra, avec lequel il promeut les chefs-d’œuvre modernes méconnus en Amérique. Il cofonde également le PanAmericanAssociationofComposers et l’InternationalComposers’sGuild, lui permettant de créer ses propres œuvres.

Malgré une carrière de compositeur, Edgard Varèse retient néanmoins une fascination pour la science, la technologie et la lutherie électronique, passion qu’il relie progressivement à sa créativité musicale. De retour à Paris en 1928, il s’associe aux avant-gardistes contemporains tels que Cocteau et Picasso. Son esprit de pionnier en alliance avec les nouvelles inventions musico-technologiques telles que le thérémine et les ondes Martenot font de Varèse l’une des figures majeures de la musique expérimentale et électronique. Après une période de seize ans qu’il qualifie « décevante », il revient en 1950 avec de nouvelles motivations qui mènent à de nombreuses réalisations, notamment Déserts (1954), œuvre « mixte » pour orchestre et bandeenregistrée, et Poèmeélectronique (1958) pour bandemagnétique seule, considérée comme l’une des premières œuvres « d’installation » musicale, qu’il développe en collaboration avec l’architecte LeCorbusier.

Edgard Varèse en 6 dates :

1903 Quitte ses études d’ingénierie pour étudier la musique
1915 Départ pour l’Amérique, rupture géographique et musicale
1931 Compose Ionisation, première œuvre pour percussion seule
1934 Premier compositeur à intégrer le thérémine dans une œuvre musicale
1958 Profite du « studio d’essais » de Pierre Schaeffer pour Poème électronique
1963 Reçoit le Koussevitzky International Recording Award

Edgard Varèse en 6 œuvres :

1921Un grand sommeil noir (soprano et piano)
1924-25Intégrales (petit orchestre et percussions)
1931Ionisation (13 percussionnistes)
1949Dancefor Burgess (orchestre)
1954Déserts (instruments à vent, percussions et bande magnétique)
1958Poème électronique (pour bande magnétique)

Biographie de la Documentation Musicale de Radio France

En savoir plus